Fusion des missions locales : Dans l’est du Val-de-Marne, l’Etat abandonne les jeunes en difficulté

Le 9 septembre 2019, les membres des Conseils d’Administration des missions locales « Bords de Marne » et « Villes du Nord du Bois » seront amené.e.s à se prononcer, en Assemblée Générale, sur le principe d’une fusion à venir des deux structures.

Ce projet de fusion intervient dans un contexte déjà particulièrement difficile pour les missions locales : baisse des dotations de l’Etat, nouveau système de « bonus-malus » de la région Ile-de-France. Au total, les moyens de ces structures, pourtant vitales pour nos collectivités, viennent d’être amputés de 370 000 € dans le département. Les 20 000 jeunes Val-de-Marnais.e.s suivi.e.s en sont les premier.ère.s pénalisé.e.s. A l’inverse, le 24 juin 2019, les élu.e.s du Conseil départemental du Val-de-Marne ont, à l’unanimité à travers un voeu, rejeté ces mesures tout comme le processus de fusion. Les engagements de financements du Conseil départemental (375 000 €) ont été maintenus et renouvelés sur trois ans afin de garantir un seuil de stabilité aux missions locales du Val-de-Marne.

Le Département a d’ailleurs conforté son partenariat avec les missions en co-construisant une convention cadre adoptée lors de l’assemblée départementale du 24 juin dernier.

Appliquant les directives nationales, les services de l’Etat en Val-de-Marne prennent prétexte de bonus financiers de très courte durée pour engager le processus de fusion des missions locales « Bords de Marne » et « Villes du Nord du Bois ».

Elue départementale en charge de la jeunesse et membres des conseils d’administration de ces missions locales, nous sommes particulièrement inquiètes de ce projet qui n’a pas fait l’objet de concertation au préalable sur le principe avec les maires concernés ni avec le Conseil départemental du Val-de-Marne. Alors que de plus en plus de services publics nationaux ferment dans les quartiers politique de la ville du secteur, nous n’avons aujourd’hui aucune garantie sur la pérennité des antennes locales.

Surtout, aucune information n’est apportée sur le maintien des emplois et des financements sur le long terme. Pire, nous nous étonnons qu’un rapport ait mentionné la possibilité de financements d’une banque privée pour permettre la survie de la future structure fusionnée.

Les politiques d’insertion professionnelle ne peuvent se passer de services publics de proximité, au plus proche de nos quartiers. C’est pourquoi, nous nous opposons à des projets de fusions qui reviendraient à remettre en cause les actions d’utilité des missions locales. Nous demandons que l’Etat y renonce et mette en place une concertation via le Préfet du Val-de-Marne pour affecter aux missions locales les ressources indispensables pour leurs actions.

Fatiha Aggoune,
Vice-Présidente du Conseil départemental en charge de la jeunesse

Marie Kennedy,
Vice-Présidente du Conseil départemental, membre du Conseil d’Administration de la Mission Locale des Bords de Marne

Sokona Niakhaté,
Conseillère départementale déléguée, membre du Conseil d’Administration de la Mission Locale des villes du Nord du Bois

Contact

Bureau de presse

Nous téléphoner

Tél. : 01 43 99 70 23

Nous envoyer un courriel

Formulaire de contact

Nous écrire

Monsieur le Président du Conseil départemental
Hôtel du département
Bureau de presse
94054  Créteil cedex

Nous rencontrer

Hôtel du département
21-29 avenue du général De Gaulle
94054  Créteil