Disparition du peintre Chu-Teh-Chun.

C’est avec émotion que Christian Favier a appris le décès du grand peintre Chu Teh-Chun, survenu le 25 mars dernier.

C’est avec émotion que j’ai appris le décès du grand peintre Chu Teh-Chun, survenu le 25 mars dernier.

Né en Chine le 24 octobre 1920, il s’était installé à Paris en 1955 pour se confronter à la peinture occidentale. Il avait acquis la nationalité française en 1979 et était devenu membre de l'Académie des Beaux-Arts en 1997.

Délicat mélange de traditions chinoises et d’abstraction lyrique, son œuvre a su associer avec talent la richesse d'une culture ancestrale avec la liberté de la création contemporaine.

Peintre de la nature, du mouvement, de la couleur et des formes, il était attaché au département du Val-de-Marne et à la ville de Vitry où il vivait et travaillait depuis 1991.

Plusieurs de ses œuvres ont enrichi notre fonds départemental d’art contemporain. Je pense particulièrement à l’estampe réalisée pour la Roseraie du Val-de-Marne, ou aux œuvres réalisées dans le cadre du projet intitulé « Les yeux fertiles », hommage au poète Paul Eluard initié par Raoul-Jean Moulin. Ces œuvres font aujourd’hui partie de la  collection du MacVal, musée d’art contemporain du Val-de-Marne, et constituent donc une part du patrimoine commun de tous les Val-de-Marnais.

Mes pensées vont aujourd’hui à l’épouse de Chu Teh-Chun, à ses enfants et à toute sa famille.

Christian Favier

Sénateur

Président du Conseil général du Val-de-Marne