Conseil départemental

Conseil départemental

×

Vigilance canicule et épisode de pollution : les services départementaux restent ouverts et s’organisent. Retrouvez plus d'informations ici

Cadre de vie

Gestion des inondations : mode d’emploi

En cas d’inondation, les procédures et les responsabilités et de chaque acteur sont clairement définies. Le Conseil départemental assure des fonctions de prévention, protection et coopération. L’habitant a aussi un rôle à jouer en se préparant à une montée des eaux.

Qui fait quoi ?

  • L’Etat : le Préfet, avec ses services, dirige les opérations de secours. Il planifie et organise les moyens de sécurité civile. Il coordonne les interventions techniques de secours et des opérateurs réseaux (électricité, téléphone, etc.) ainsi que l’action des communes. Il coopère avec les services départementaux.
  • Les mairies : elles alertent les établissements publics et les citoyens de la montée des eaux. Elles procèdent aux évacuations, aux fermetures des voies communales, à la mise en place d’hébergements d’urgence, etc. Les établissements publics (écoles …) disposent de procédures qui déterminent les conditions d’accueil ou d’évacuation. Elles coopèrent avec les services départementaux.
  • Le département : il est présent aux côtés des villes et partenaires en coordination avec les services de l’Etat pendant la crue mais aussi à la décrue. Il veille à la sécurisation et au bon fonctionnement de ses équipements et établissements (routes, installations d’assainissement, collèges, crèches) . Il assure la surveillance des ouvrages de protection contre les inondations dont il a la responsabilité (murettes anti-crue, vanne secteur).
  • L’habitant : il doit se renseigner sur les risques auxquels ils est confronté et connaître les mesures à prendre avant, pendant et après une inondation.

 

Le conseil départemental : prévention et protection des habitants et du patrimoine départemental

Gestion d’ouvrages et d’aménagements anti-crue

Que faire en cas de crue, d'inondation ?
Le Département anticipe et gère des aménagements anti-crue

Ces ouvrages et aménagements ne peuvent pas empêcher une inondation de se produire mais permettent de protéger les riverains jusqu’à une certaine hauteur d’eau. Le Département est propriétaire de 31 kilomètres d’ouvrages anti-crue (murettes et digues). Il assure la fermeture des 450 ouvertures (dites « brèches ») présentes dans ces ouvrages de protection, mais aussi la surveillance, l’entretien et la modernisation de ce patrimoine. Il gère le réseau d’assainissement et ses 26 stations anti-crue. En période de crue, ces dernières empêchent l’eau de la Seine et de la Marne de remonter dans le réseau d’assainissement pluvial et permettent, par pompage, d’évacuer les eaux de pluies vers les cours d’eau.

Mise en protection

Au fur et à mesure de la montée des eaux, diverses opérations sont déclenchées notamment des mises en protection d’ouvrages, de voiries, de bâtiments départementaux. Le conseil départemental prévient les usagers et trouve des solutions pour assurer la continuité du service public. Il favorise aussi le « retour à la normale » pendant la phase de décrue, en poursuivant, entre autres, son action sur le domaine public, à travers des opérations de pompage et de nettoyage.

Prévention / sensibilisation

Les services départementaux se préparent à la gestion d’une crue grâce à des exercices de crue. Des procédures prédéfinies permettent aux agents d’agir en fonction des niveaux atteints par la Seine et la Marne. Le département mène des actions de sensibilisation aux inondations auprès des riverains, mais aussi des associations pour qu’elles puissent elles-mêmes, à leur tour, sensibiliser la population.

En cas de crue, qui fait quoi ?
En cas de crue, qui fait quoi ?

Les citoyens : s’informer, se préparer et se protéger

Avant l’alerte inondation :

  • Connaître le niveau de risque auquel on est exposé (contacter la Mairie, aller sur cartoviz.iau-idf.fr, le site de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme),
  • Penser à des solutions de relogement temporaire,
  • Se renseigner sur les besoins des proches et voisins vulnérables,
  • Prévoir un kit d’urgence (couverture de survie, vêtements de rechange, médicaments, lampe torche, bouteilles d’eau, réserve de nourriture, papiers d’identité, photocopie des assurances, ...) à emporter en cas d’évacuation.

Dès la réception de l’alerte :

  • Aller sur Vigicrues et regarder les hauteurs d’eau et prévisions,
  • Écouter et se conformer aux consignes données par les autorités dans les médias,
  • Dans les zones à risque, mettre hors d’eau les objets présents dans les caves et surélever les meubles, appareils électriques et objets de valeur. Déplacer son véhicule hors de la zone inondable,
  • Ne jamais se déplacer dans une zone déjà immergée,
  • Se préoccuper de la situation des proches ou voisins,
  • Quand l’eau est susceptible d’inonder les biens, couper les réseaux d’eau, de gaz et d’électricité,
  • Fermer les portes, fenêtres et volets puis évacuer en emportant le kit d’urgence.

Après l’alerte :

  • Ne rebrancher et ne réutiliser les réseaux (électricité, eau, gaz, etc.) que si les autorités en donnent l’autorisation,
  • Prendre des photos des dégâts,
  • Nettoyer, aérer et tout laisser sécher,
  • S’informer auprès de la Mairie pour savoir si la commune a été déclarée en « état de catastrophe naturelle » et contacter son assureur,
  • Se préoccuper de la situation des proches ou voisins.

A lire aussi

Les autres actions