Conseil départemental

Conseil départemental

Cadre de vie

La protection de la qualité de l’air

Routes, autoroutes, aéroports …. Ces sources de bruit sont aussi des sources de polluants atmosphériques. La qualité de l’air est un enjeu qui concerne aussi le Val-de-Marne puisqu’il connait des dépassements des seuils réglementaires. Le Conseil départemental se mobilise pour réduire la pollution atmosphérique et garantir à chacun de bonnes conditions de vie.


Le trafic routier, premier responsable de la pollution atmosphérique en Île-de-France

Partenaire d’Airparif

 

Depuis 1989, le Département participe au financement d’Airparif, un observatoire agréé pour la qualité de l’air en Ile-de-France. Ce suivi de la pollution de l’air permet aux élus du Conseil départemental d'agir pour émliorer la qualité de l'air dans le Val-de-Marne.

Les transports

Les secteurs du trafic routier, du résidentiel-tertiaire, de l'aviation et de l’industrie (chantiers, BTP) sont les principaux émetteurs de polluants atmosphériques.

Ainsi, le Plan de Déplacements du Val-de-Marne adopté en 2009 a pour objectif d’inverser la progression des déplacements en véhicules particuliers et de favoriser les transports en commun, le vélo et la marche. Pour le transport marchand, le Département souhaite, via son Plan départemental de la logistique (adopté en 2014), reporter le transport routier vers le rail et les voies d’eau.

En matière de transport aérien, le Conseil départemental est membre de la Commission Consultative de l'Environnement (CCE) de l'aéroport Paris-Orly.

Enfin, le département est associé aux procédures préfectorales en cas de pics de pollution pour la mise en oeuvre des mesures d'urgence et la diffusion de l'information.

L’aménagement et le bâti

Si l’augmentation du trafic routier est le facteur principal de la dégradation de la qualité de l’air, les effets de cette pollution sur la population tiennent aussi à l’aménagement de l’espace et à la politique de l’habitat. Ce lien est intégré dans les avis que le Département porte sur les projets de renouvellement urbain qu’il soutient.

Parallèlement, le plan de lutte contre la précarité énergétique, le contrat local d’engagement « habiter mieux », le soutien à la géothermie, etc. sont autant d’actions que le Département mène pour réduire la part des émissions issues du bâti.

Ces démarches externes, le Département les met en place également en interne : il travaille sur ses déplacements et ses bâtiments pour réduire les émissions liées à sa propre activité.

Les autres actions