Économie / Emploi

Le soutien à l’agriculture

Le Département se mobilise pour maintenir sur son territoire une activité agricole qui favorise des pratiques respectueuses de l’environnement. 


Association d'insertion Val-bio à la Plaine des Bordes. Photo : Agnès Deschamps

La demande croissante des Val-de-Marnais pour un accès à des produits frais cultivés en proximité et issus d’une agriculture respectueuse de l’environnement reflète une volonté de retrouver le sens de notre alimentation.

De 2016 à 2018, le Département a organisé les « Rencontres de l’agriculture urbaine et péri-urbaine en Val-de-Marne ». Ces rassemblements ont mobilisé les acteurs de l’agriculture, de l’alimentation, ainsi que des citoyens en vue de co-construire une politique départementale dans ce domaine. Il en est ressorti un Plan d’actions pour une agriculture en transition, adopté le 17 décembre 2018 par l’Assemblée départementale.  

Prendre en main notre alimentation

Comment les aliments sont cultivés, transformés, transportés… ? Aujourd'hui, l'alimentation évolue et de nouvelles formes de consommation se profilent : « bio », « sans OGM », « en circuit court »…

Les enjeux de santé en sont peut-être la raison principale. Obésité, diabète, allergies, cholestérol, produits cancérigènes : les consommateurs prennent leur santé en main en adaptant leur alimentation.

Les préoccupations environnementales sont aussi prises en compte dans les choix alimentaires de citoyens : ne pas détériorer les sols qui nous nourrissent semble aujourd’hui une évidence pour beaucoup.

 

Préserver des espaces à cultiver en ville

Au-delà des questions d’alimentation, les Val-de-Marnais cherchent des espaces à cultiver en ville, et s'intéressent à la préservation des espaces agricoles comme élément de leur cadre de vie. 

L’agriculture urbaine, héritière des jardins ouvriers, doit pouvoir (re)prendre toute sa place dans notre département. Les projets sont variés et témoignent de multiples possibilités : maraîchage dans les parcs départementaux (parc des Lilas à Vitry, Plaine des Bordes à Chennevières), fermes urbaines associatives (ferme du Saut du Loup à Chevilly-Larue, ferme du Parc des meuniers à Villeneuve-leRoi), Mobilisation des communes comme à Arcueil (« Arcueil, ville comestible »), plantes comestibles dans les bacs à fleurs en ville avec les associations Incroyables Comestibles, etc.

Le Département a fait le choix de mobiliser les espaces départementaux que sont la Plaine des Bordes ou le Parc des Lilas pour accueillir et développer des démarches innovantes alliant production agricole, activités pédagogiques et insertion professionnelle. 

 

Le Val-de-Marne s'engage également avec les acteurs locaux :

  • avec les communes et leurs groupements sur lesquels subsistent des terres agricoles, afin de mettre en œuvre des outils permettant de sécuriser la vocation agricole de ces espaces et d’en valoriser les activités et la production,
  • avec la Région, pour moderniser les exploitations agricoles du territoire.

Limiter notre impact sur l'environnement

Au-delà de l'impact sur notre santé, la préservation de l'environnement est au cœur de la réflexion sur l'agriculture en Val-de-Marne.

Le Conseil département a par exemple fait le choix de supprimer l'usage des pesticides dans ses parcs départementaux, y compris sur les espaces agricoles de la Plaine des Bordes et du Parc des Lilas. Des pratiques exemplaires qui visent à préserver les sols, la biodiversité et les milieux aquatiques du Val-de-Marne.

La pépinière départementale est aussi un lieu exemplaire en la matière : depuis cinq ans, toute la végétation y est cultivée sans pesticides. Elle est ensuite replantée sur les routes départementales et dans les espaces verts gérés par le Conseil départemental.

 

A lire aussi

Les autres actions

Services et aides associés