Grâce à votre mobilisation, vos services publics départementaux continuent

mis à jour le 21/12/2018

Le projet de suppression des Départements franciliens est abandonné. Après plus d’un an et demi d’incertitudes, Jacqueline Gourault, Ministre chargée de la Cohésion des territoires, en a informé Christian Favier fin novembre. C’est une victoire qui repose avant tout sur l'investissement des Val-de-Marnaises et des Val-de-Marnais qui ont manifesté leur soutien aux services publics utiles à toutes et tous.
La garantie des ressources financières et humaines des départements constitue néanmoins une menace qui pèsent sur le maintien des politiques publiques départementales.

Une mobilisation qui a porté ses fruits

"Nous ne voulons pas supprimer les Départements". Avec ces mots prononcés le 30 novembre, la Ministre chargée de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, a confirmé l’abandon du projet de suppression des Départements franciliens. A l’occasion d’une réunion autour des Ministres Borne et Gourault, en présence du Préfet de Région, les représentants des 7 Départements franciliens et de la Ville de Paris ont pris connaissance de cette information capitale après plus d’une année d’incertitudes institutionnelles et de tergiversations gouvernementales quant au devenir des services publics départementaux.

Plus de 56 000 signataires de la pétition, grande mobilisation "Journée sans Département" le 7 février... Cette victoire résulte de la mobilisation des habitants, des acteurs associatifs et syndicaux, des entrepreneurs, des agents départementaux et des élus de toutes sensibilités. MERCI à toutes et tous ! 

> Retour en images sur 18 mois de mobilisation.

 

Ce dossier clos, les Départements franciliens poursuivent leur travail concret en faveur d’une plus grande solidarité territoriale. Dès le 1er janvier 2019, l’établissement public interdépartemental, gestionnaire d’un fonds de solidarité et d’investissement interdépartemental de 150 millions d’euros, sera en place. Il s’agit d’une mesure concrète face aux inégalités dans notre région, une réponse 100% départementale, sans injonction de l’Etat, ni usine à gaz.

 

Une inquiétude concernant le maintien de leurs ressources financières et humaines

Bien que sont soulagés, les élus restent inquiets quant aux ressources des collectivités et singulièrement celles des Départements. Si l’Etat a stoppé son projet de suppression, il n’a pas renoncé à son envie de recentraliser le pouvoir et d’assécher les ressources des collectivités territoriales. Les contraintes budgétaires imposées aux Départements atteignent un niveau record, risquant de compromettre – sous une autre apparence - l’avenir des Départements. Ces contraintes inédites constituent désormais la menace la plus forte contre les politiques publiques originales des 7 Départements franciliens.

Les élus restent donc mobilisés. Christian Favier affirme : "Cela ne doit pas entraver nos ambitions. Des politiques publiques innovantes aux investissements dans les projets d’avenir en passant par nos actions en faveur des plus fragiles et du pouvoir d’achat, nous devons continuer d’agir. Il faut donc exiger du gouvernement les moyens nécessaires au fonctionnement de nos services publics départementaux."