Cité de la Gastronomie

La Cité de la Gastronomie Paris-Rungis sera un lieu de culture ouvert à tous entièrement dédié aux savoirs culinaires français. Ce projet devrait voir le jour en 2020 et 70 millions d'euros seront consacrés à la réalisation de ce complexe gastronomique.

Cité de l’éducation et de la formation

La Cité de la gastronomie s’inscrit sur un territoire marqué par la diversité des apports culturels et régionaux. Les bâtiments seront situés tout proche du Marché d’intérêt national de Rungis (MIN), lieu emblématique où se croisent chaque jour des milliers de personnes et des dizaines de milliers de produits venus du monde entier. Elle accueillera un centre de ressources multimédia ouvert à tous qui permettra de se former au « bien manger » et aux arts de la table. Ce lieu de la gastronomie s’adressera spécifiquement aux jeunes publics : l’éducation au goût, la qualité alimentaire, le développement durable, la santé, seront des sujets abordés et matérialisés dans les commissions « menus » des écoles ou par des ateliers cuisine au sein des établissements scolaires du territoire. La diffusion de la culture scientifique et technique se fera dans le « labo gastronomique » qui s’orientera sur les relations entre l’art culinaire, la nutrition et la sécurité alimentaire.

Un lieu de formation spécialisé

Des plateaux techniques équipés seront mis à disposition des écoles de cuisine et autres formations concourrant à l’amélioration du patrimoine culinaire. Des concours ou des épreuves techniques pourront y être organisés. L’espace de congrès et séminaires sera constitué d’un auditorium de 1200 places et de plusieurs salles de réunion. La Cité de la gastronomie accueillera des conventions et des manifestations de grande ampleur autour des thèmes de la gastronomie, de la santé et de la nutrition. L’ensemble offrira aux écoles hôtelières franciliennes des lieux adaptés aux manifestations mêlant dégustation, cuisine, démonstration et évaluation, voire aux grands concours (Meilleur ouvrier de France notamment). Un restaurant-école pour les formations continues et initiales sera présent pour proposer aux visiteurs un lieu de restauration. La création de jardins pédagogiques de la gastronomie gérés par des écoles d’horticulture et de paysage et ouverts au public fait actuellement l’objet de discussions avec le potager du roi et l’école du paysage de Versailles, l’école Tecomah à Jouy-en-Josas.

Le repas gastronomique des français inscrit à l’UNESCO

Le réseau des Cités de la gastronomie fait suite à la volonté de l’UNESCO d’inscrire les grandes traditions culinaires au patrimoine mondial de l’humanité. Le plan de sauvegarde prévoit la mise en place d'actions qui visent à favoriser la transmission par l'éducation, des travaux de documentation et de recherche (création d'un centre de documentation, d'une unité mixte de recherche, et d'une chaire UnesCo), l'intégration dans les grandes manifestations culturelles nationales d'un volet dédié au repas gastronomique. Le plan prévoit également que l’état engagera une réflexion avec l'ensemble des acteurs concernés, privés comme publics (collectivités territoriales), afin d'étudier les conditions de création d’un équipement culturel pluridisciplinaire à dimension nationale et internationale. Le repas gastronomique des Français a été inscrit sur la liste représentative du patrimoine culture immatériel de l'humanité en 2010. Avec la cuisine traditionnelle mexicaine et la diète méditerranéenne, le repas gastronomique des Français est l'une des toutes premières traditions culinaires inscrite sur les listes de l'UNESCO. La convention de l'UnesCo pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (pCI) a été ratifiée en 2003 par 153 pays dont la France en 2006. 

A lire aussi