Conseil départemental

Conseil départemental

Solidarités

Aidant, aidant familial, proche aidant, parent aidant : qu'est-ce que c'est ?

Engagé en faveur de l'autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap, le Conseil départemental mène également des actions auprès des aidants. Le but : lutter contre les risques d’épuisement de ces proches souvent très sollicités. 

 

Plus de 11 millions d'aidants en France... mais 60% ne se considèrent pas comme tels

Chef de file de l'action sociale et des solidarités, le Conseil départemental du Val-de-Marne accompagne l'autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap. Les actions menées servent également les aidants qui peuvent être soulagés dans leur quotidien.

En multipliant les initiatives destinées à favoriser l'autonomie des seniors et personnes en situation de handicap, le Département s'efforce par la même occasion de dégager du temps et de répit pour les aidants.

 

Que veut dire aidant naturel, aidant familial, proche aidant ? 

La loi reconnaît l’action du proche aidant en lui donnant une définition. Ainsi, selon l’article L. 113-1-3 de la loi d’adaptation de la société au vieillissement, entrée en vigueur au 1er janvier 2016 : "est considéré comme proche aidant d’une personne âgée son conjoint, le partenaire avec qui elle a conclu un pacte civil de solidarité ou son concubin, un parent ou un allié, définis comme aidants familiaux, ou une personne résidant avec elle ou entretenant avec elle des liens étroits et stables, qui lui vient en aide, de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel, pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne".

Selon l'article R245-7 du code de l'action sociale et des familles, "est considéré comme un aidant familial, le conjoint, le concubin, la personne avec laquelle la personne handicapée a conclu un pacte civil de solidarité, l'ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu'au quatrième degré de la personne handicapée, ou l'ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu'au quatrième degré de l'autre membre du couple qui apporte l'aide humaine (...) et qui n'est pas salarié pour cette aide.

Selon l'article L11-6-1 du code de la santé publique, "une personne durablement empêchée, du fait de limitations fonctionnelles des membres supérieurs en lien avec un handicap physique, d'accomplir elle-même des gestes liés à des soins prescrits par un médecin, peut désigner, pour favoriser son autonomie, un aidant naturel ou de son choix pour les réaliser.La personne handicapée et les personnes désignées reçoivent préalablement, de la part d'un professionnel de santé, une éducation et un apprentissage adaptés leur permettant d'acquérir les connaissances et la capacité nécessaires à la pratique de chacun des gestes pour la personne handicapée concernée."

En résumé :

  • Les aidants aident leurs enfants en situation de handicap, leurs parents, leur conjoint, leurs grands-parents. Mais aussi les proches sans lien familial comme un voisin par exemple. 
  • Les aidants apportent une aide, de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel, pour accomplir des actes de la vie quotidienne (courses, alimentation, toilette, tâches administratives, activité domestique, soutien psychologique...)

 

Les aidants en chiffres

  • Plus de 11 millions d'aidants en France, soit 1 Français sur 6 
  • 79 % aident un membre de leur famille 
  • 62 % sont en activité professionnelle
  • 80% des aidants ont moins de 65 ans (la majorité des aidants ayant entre 50 et 64 ans)
  • 58 % des aidants sont des femmes
  • 58 % des aidants aident un proche en situation de dépendance due à la vieillesse
  • 1 aidant sur 6 consacre 20 heures ou plus par semaine pour aider un proche
  • 6 aidants sur 10 ne se considèrent pas comme tels

(source : baromètre 2020 de la fondation April et BVA)

 

Concilier sa vie professionnelle et son rôle d'aidant

Afin d’accompagner un proche en perte d’autonomie importante ou en fin de vie, des dispositions sont prévues par la loi pour les salariés du privé et les fonctionnaires : elles permettent de prendre des congés spécifiques ou d’adapter le temps de travail.

> En savoir plus

Être rémunéré en tant qu'aidant

Il est possible d’être rémunéré pour l'aide apportée à son proche en devenant son salarié. Il s’agit de l’emploi direct ou du gré à gré qui permet à la personne aidée de devenir l’employeur de son aidant.

  • Si la  personne en perte d’autonomie n’est pas bénéficiaire de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), elle peut employer librement toute personne, y compris un membre de sa famille, en tant qu’aide à domicile.
  • Si elle bénéficie de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), elle peut employer un membre de sa famille, à l’exception de son conjoint, concubin ou partenaire de PACS.
  • Si elle bénéficie de la prestation de compensation du handicap (PCH) elle peut employer un membre de sa famille, y compris son conjoint, concubin ou partenaire de PACS, sous certaines conditions.

L’APA et la PCH contribuent à la prise en charge des dépenses.

 

Écoute et solutions de répit pour les aidants

Pour soulager les aidants, des accueils temporaires pour les personnes aidées existent dans le Val-de-Marne. Accueils de jour (comme la Maison Handi-Répit), hébergements temporaires, groupes d'entraide mutuelle, services d'accompagnement... En accueillant ponctuellement des personnes âgées et les personnes en situation de handicap, ces infrastructures libèrent du temps pour les aidants afin de leur offrir une bulle de respiration. 

De même, les initiatives financées dans le cadre de la conférence des financeurs contribuent à retarder le besoin d'aide à l'autonomie. Un objectif qui en sert un second : plus les personnes aidées sont autonomes, plus les aidants jouissent de moments de répit. 

Pour trouver du soutien moral et psychologique, les aidants peuvent utiliser des plateformes d'écoute, comme Val'Ecoute (plateforme de téléassistance proposée par le Conseil départemental), ou se retrouver dans des cafés des aidants (mis en place par l'association des aidants).

Dans le cadre de son schéma pour l'autonomie (2020-2025), le Conseil départemental travaille avec différents partenaires pour développer des recours et des dispositifs d'accompagnement pour les aidants. Le but ? Mieux les informer et les orienter.  

 

Être accompagné par l'association des aidants

Association soutenue notamment par le Conseil départemental du Val-de-Marne, l'association des aidants propose régulièrement des formations, des initiatives ludiques et moments conviviaux à destination des proches aidants.

> En savoir plus sur les actions locales de l'association des aidants

Découvrez notre annuaire autonomie : les équipements utiles aux personnes âgées, aux personnes en situation de handicap et aux aidants 

 

Les autres actions