Conseil départemental

Corps en mouvement, cheveux au vent.

mis à jour le 27/04/2021

Histoire d’un objet qui fait tourner la tête de ses amoureux, histoire de libération des corps, des femmes et du déplacement.

Informations pratiques

Mardi  11 Mai  2021 à 19h30

Rejoindre le webinaire

Pour toute information : UPEDD@valdemarne.fr

Le vélo est de retour

Cycle 3 de la saison 2020-2021 de l'UPEDD

L’entrée de la bicyclette en ville ne se fait pas par une piste lisse et rectiligne. D’objet ludique et bourgeois à son invention, le vélo est devenu le premier objet de consommation de masse, transport prolétaire et devient aujourd’hui un espoir écologique pour faire face à la contrainte majeure que représente l’automobile en ville. Mais entre ces deux épisodes et à chacune de ces étapes, le vélo a créé d’autres rapports au monde, d’autres rapports sociaux et d’autres rapports au corps. Il a été libérateur, il a causé des conflits d’usages, il a fait disparaitre d’autres concurrents, s’est fait supplanter par la voiture et le voilà qui revient dans le paysage. Est-il revenu pour transformer encore une fois la société ? Le vélo serait-il capable de ralentir la course de la société moderne vers l’effondrement ?

Corps en mouvements, cheveux au vent.

Histoire du petit bicycle.    

Avec David Le Breton

David Le Breton
David Le Breton par Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons - cc-by-sa-3.0, CC BY-SA 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0>, via Wikimedia Commons

David Le Breton est professeur de sociologie et d'anthropologie à l'université de Strasbourg. Ses recherches portent sur les représentations du corps humain et l'analyse des comportements à risque. En outre, il a travaillé et écrit sur la douleur, le silence et le visage. Voir sa présentation.  
David Le Breton a écrit plus d'une trentaine de livres, dont l'influent Anthropologie du corps et modernité, dont la première édition est parue aux Presses Universitaire de France (1990, dernière édition en 2019) ou Les Passions ordinaires. Anthropologie des émotions, Petite bibliothèque Payot, 2004 (première éditon 1998). Ses derniers ouvrages sont En roue libre. une anthropologie sentimentale du vélo (2020, Terre Urbaine), Marcher la vie. Un art tranquille du bonheur (2020, Métailié). Voir la bibliographie.

Son dernier livre est l'oeuvre d'un amoureux du vélo.

En roue libre. une anthropologie sentimentale du vélo

Comme la marche, le vélo est un pied de nez aux valeurs ultralibérales de nos sociétés contemporaines. Il appelle à la sensation du monde, à la lenteur, à la nonchalance, au sentiment d’être vivant. Il immerge en permanence au sein de la sensorialité du monde, aux odeurs, aux paysages, aux sons environnants. Il est aussi une manière tranquille de réenchanter la durée et l’espace. Il conduit la ou le cycliste là où il souhaite aller, à son rythme, sans craindre les retards, sans tourner en rond pour se garer.
La bicyclette est riche d’une histoire plus que séculaire. Elle accompagne les mouvements sociaux, alimente la sociabilité différemment selon les époques. L’enthousiasme des premières décennies qui mobilisait plutôt les milieux privilégiés cède à l’engouement des milieux populaires jusque dans les années cinquante, puis à une longue éclipse dû à la saturation des villes et des routes par la circulation automobile. Ces dernières années, le vélo est utilisé par une population de plus en plus nombreuse et diverse qui réclame des pistes cyclables, des ateliers de réparation, un partage pacifié de la voirie. Devenu un emblème de l’écologie politique, le vélo combine activité sportive, plaisir de circuler tranquillement et errance joyeuse. La dévoration urbaine par l’automobile est ressentie de plus en plus vivement. La vélorution est en selle et pédale hardiment, elle est la promesse d’une ville hospitalière.

Un réseau cyclable en développement pour plus de performance

Le Département encourage la pratique du vélo en investissant dans la création de pistes...

A lire aussi