La vie sur les îles de la faune et la flore

mis à jour le 20/01/2015

Il n’est pas facile de dresser l’inventaire des espèces présentes sur les îles val-de-marnaises. Chaque île est singulière : elle comporte des habitats et paysages différents liés aux berges, aux boisements et aux interstices ensoleillés, qui évoluent de façon spécifique.

Par ailleurs, toutes les îles ne font pas l’objet d’un suivi régulier, qui permettrait d’étudier l’évolution des espèces présentes. Néanmoins la connaissance de certaines de ces îles, notamment celles qui constituent l’Espace Naturel Sensible des îles de la Marne permet de démontrer l’importance de ces milieux pour la biodiversité.



Ile des Gords Aval

Une diversité avérée des espèces présentes…

Ces îles de l’ENS présentent une succession de petits milieux, chacun abritant des espèces différentes, dont certaines sont patrimoniales :

1/ Concernant la flore, entre 2003 et 2008, le Conservatoire botanique national du bassin parisien avait inventorié 334 espèces sur 1,5 hectares, ce qui est très significatif. L’actualisation de 2013, plus ponctuelle, n’a recensé que 168 espèces dont 24 patrimoniales. On y retrouve la Cuscute d’Europe ; la Vélar fausse giroflée, qui a besoin de la proximité de l’eau (grèves exondées) ; le Chénopode rouge, espèce rare en Ile-de-France, sur les vasières hors d’eau (exondées), qui permettent le développement d’espèces pionnières.


Exemples de végétaux présents sur les ENS

2/ Concernant les insectes, plusieurs études ont été menées, notamment sur les libellules et les insectes saproxyliques, c’est à dire les insectes qui dépendent du bois mort pour leur cycle de vie. On dénombre 18 espèces de libellules, qui profitent des herbiers aquatiques et des zones humides présentes en pied de berges.


Les libellules sur les îles de l'ENS

3/ Côté vertébrés, 61 espèces d’oiseaux ont été recensées ; 23 ont niché en 2013 sur les îles. La présence d'espaces boisés sur les îles conduit à recenser davantage d'espèces liées à la forêt qu’à la rivière. Citons parmi les espèces les plus typiques de la rivière, le Martin-pêcheur ou la Bergeronnette des ruisseaux.


Les oiseaux sur les îles de l'ENS

4/ Concernant les poissons, deux inventaires réalisés en 2009 et 2012, ont signalé la présence de 14 espèces qui, comme les oiseaux ou la flore, utilisent plusieurs types de milieux pour se reproduire, se développer ou simplement se nourrir. Plusieurs espèces remarquables comme la Bouvière, le Chabot ou le Rotengle, bénéficient des herbiers aquatiques, des plages sablo-graveleuses ou des caches produites par les systèmes racinaires.


Les poissons sur les îles de l'ENS

…qui repose sur des équilibres fragiles

Les choix de gestion et d’aménagements portent donc sur des milieux de superficie réduite, de nature diverse, hérités d’usages passés et en contexte très anthropisé. Le gestionnaire doit donc croiser plusieurs éléments et porter une attention particulière aux interventions, même courantes. Pour ce faire, les connaissances sur les espèces présentes, leur localisation, leur statut et leur écologie orientent ces choix.