Conseil départemental
×

⚠ Déconfinement : reprise d’activité progressive

Le Département du Val-de-Marne prend les mesures nécessaires pour assurer la réouverture progressive de ses services publics. Il souhaite garantir avant tout la sécurité du public et du personnel. Tenez-vous informés dans l'article régulièrement mis à jour.

Pensez à appeler le 39.94 avant tout déplacement dans les équipements départementaux.

L'évolution des îles au cours de l'histoire

mis à jour le 29/09/2014

Au cours de l’histoire, tant sur la Seine que sur la Marne, les îles ont évolué, sont apparues, ont disparu, au gré de deux facteurs majeurs : l’évolution naturelle des îles, d’une part, qui participe de la vie de la rivière, par le biais des méandres, de l’érosion des berges et du transfert de sédiments en aval. D’autre part les usages humains ont fortement déterminé la permanence des îles val-de-marnaises et continuent de le faire. Ils expliquent le contraste entre la Marne, qui comprend encore une vingtaine d’îles, et la Seine, où elles ont toutes disparu.


La confluence Seine/Marne (Gravure d'Israel Silvestre, dans "Saint-Maurice, histoire de notre ville", 1992)

A la Préhistoire : la formation géologique naturelle des îles

La présence d’îles en Seine et en Marne est, dès la Préhistoire, favorisée par la formation géologique de la plaine de Créteil. Celle-ci a, en effet, été creusée peu à peu par le déplacement de la confluence Seine-Marne, les deux rivières entaillant le plateau de roches dures datant du tertiaire, puis creusant dans les couches d’alluvions qu’elles ont elles-mêmes déposé au fur et à mesure sur les berges.

Il faut s’imaginer un paysage bien différent d’aujourd’hui : la Seine, fleuve beaucoup plus imposant, est doté, non pas d’un mais de plusieurs bras qui s’étalent et se croisent dans la plaine autour du Mont-Mesly, lequel domine la plaine marécageuse, dernier vestige de roches dures tertiaires. La Seine rejoint alors la Marne au niveau de Bonneuil-sur-Marne, et tous ces bras se fondent dans des marais à chaque crue du fleuve, creusant la plaine, et déposant des sédiments.


Hypothèses des anciens paléochenaux de la Seine au Pléistocène récent

Des îles se forment naturellement sur la Seine comme sur la Marne :

- soit elles sont le reliquat de roches dures du tertiaire qui, comme le Mont-Mesly, n’ont pas été complètement érodées par la rivière. C’est le cas des îles de Créteil et de Saint-Maurice.

- soit elles sont le fruit du dépôt des alluvions par la rivière au fil de son parcours de méandres, telles les îles de la boucle de Saint-Maur-des-Fossés/Champigny-sur-Marne.

Pour en savoir plus sur la formation naturelle d’une île

Des îles et des hommes : deux tranches d’histoire

Lorsque les populations humaines s’installent, la plaine de Créteil est une zone d’expansion naturelle des crues de la Seine et son sol est marécageux. Au Moyen-Age, ces marécages sont drainés, et  les nouveaux espaces en bordure de rivière aussitôt investis et exploités : on y pêche, on y construit des moulins, on transforme les terres en pâturage… Les îles font pleinement partie des activités économiques, et sont gérées de façon à générer des profits : location, plantation d’arbres, lieux de villégiatures….

Pour en savoir plus sur les usages historiques des îles

A partir de 1840, l’industrialisation transforme le paysage de la Seine.  La  mise en place des premiers réseaux ferrés combinée à l’intensification de la navigation fluviale président au « corsetage » du fleuve : les quais sont aménagés, des écluses construites. Les  crues dans la plaine de Créteil sont jugulées. Les îles présentes sur la Seine, devenues gênantes pour le trafic fluvial, disparaissent.

Sur la Marne, la construction du canal-tunnel de navigation entre Saint-Maur-des-Fossés et Joinville-le-Pont, permet aux bateaux de court-circuiter les 12 kilomètres de la boucle de Saint-Maur. Cet aménagement a permis de sauvegarder les îles de cette boucle de la Marne, qui participent de son charme et de son identité.

De nos jours encore, la pérennité des îles de la Marne dépend du « bon vouloir » des hommes : qu’elles accueillent des équipements de loisirs, qu’elles abritent des zones d’habitations, ou qu’elles soient classées réserves naturelles, elles font l’objet d’aménagements pour éviter que leur évolution naturelle ne les fasse disparaître.

Pour visualiser l’évolution des îles sur les cartes

 

Si les îles de la Seine ont disparu, celles de la Marne perdurent et sont intégrées au paysage et à l’histoire du Val-de-Marne. La diversité de ces îles rend chacune d’elles unique, de par son histoire, ses usages, sa faune et sa flore.

Découvrez les îles aujourd’hui

 

Source : Etude D’une rive à l’autre – Histoire de la Seine dans le Val-de-Marne, par Karine Berthier (Service départemental d'Archéologie, CG94, 2009)