Conseil départemental

La gestion des sources pour un retour de l’eau dans la ville

mis à jour le 16/06/2015

Les sources sillonnent notre territoire depuis toujours, mais l'urbanisation les a peu à peu recouvertes. Un groupe de travail réunissant plusieurs collectivités s'emploient à les retrouver pour mieux les gérer.

Les sources, une ressource en eau négligée


Bassin du parc Joliot-Curie alimenté par la source de la Petite Saussaie à Vitry-sur-Seine

Les sources n’ont pas la cote, ni en droit ni en urbanisme : il n’en existe pas de définition juridique, et à travers le temps, l’aménagement du territoire les a drainées, recouvertes, niées, jusqu’à les faire disparaître. A croire qu’elles n’ont jamais existé, et pourtant elles sont bien là ! Et se rappellent à notre bon souvenir, en général de façon désagréable, en inondant nos caves ou en débordant sur nos routes à l’occasion des orages.

Qu’est-ce qu’une source exactement ? Il s’agit de la résurgence à l’air libre d’eau souterraine : quand une couche géologique imperméable empêche les eaux qui s’infiltrent d’aller plus en profondeur, il se forme une nappe, et quand cette nappe suinte le long d’un coteau, en présence d’une pente, elle donne naissance à des sources. Pour avoir une source, il faut donc une couche perméable (types calcaires) au-dessus d’une couche imperméable (type argiles) ainsi qu’un coteau, permettant la résurgence de la nappe.

Les sources ne datent donc pas d’hier, puisqu’elles sont nées en même temps que notre territoire, au croisement de la géologie et de la topologie. Dans le Val-de-Marne, trois nappes perchées sont présentes, qui peuvent donner lieu à des sources.

Télécharger la carte des nappes à l’origine de sources

 

Les sources, une ressource en eau non potable à valoriser

Depuis toujours, ces sources ont été utilisées et ont fait partie intégrante des usages sociaux. En témoigne le patrimoine encore présent : les puits, les lavoirs, les fontaines qui utilisaient l’eau de ces sources pour nettoyer le linge, abreuver les troupeaux ou tout simplement boire. En 2014, des canalisations datant du 17ème siècle ont ainsi été retrouvées, drainant les eaux d’une source, qui s’écoule toujours, imperturbable.


Canalisation du 17ème siècle retrouvée lors de fouilles archéologiques - Département du Val-de-Marne

Aujourd’hui encore, les sources sont utilisées : par des particuliers, qui puisent dans le sol l’eau pour arroser leur jardin, par des jardins familiaux, comme à Limeil-Brévannes, ou bien pour alimenter un bassin d’agrément, tel celui du parc Joliot-Curie à Vitry-sur-Seine (photo ci-dessus). Les sources sont ainsi une ressource non négligeable pour agrémenter le cadre de vie, et participer aux réflexions sur la place de l’eau en ville, afin de la rafraîchir et de l’embellir.

Lorsque la source est connue, son utilisation doit être soumise aux mêmes précautions que pour les usages d’eau brute, en prenant garde à la qualité et à la disponibilité de l’eau.

Pour en savoir plus

 

Localiser les sources pour mieux les gérer et les valoriser

Cependant, le plus souvent, la connaissance du trajet souterrain des sources s’est perdue : parfois elles se retrouvent dans les réseaux d’assainissement d’eaux pluviales, constituant des eaux claires « parasites » pouvant perturber le fonctionnement des ouvrages ; très souvent, elles sont déviées au fil des constructions. Il peut ainsi arriver qu’une source alimentant le puits d’une parcelle soit déviée par la construction d’une maison sur le terrain voisin, et vienne inonder en contrebas un autre voisin qui n’en avait jamais entendu parler !

Par ailleurs, lors des pluies particulièrement importantes, des sources ressurgissent inopinément et peuvent causer des problèmes de sécurité, par exemple dans le cas où elles s’écoulent sur la voirie en hiver et forment du verglas.



Fontaine alimentée par de l'eau de source, à Orly

Afin de mieux gérer ces phénomènes, un groupe de travail s’est constitué dans le cadre du Plan bleu du Val-de-Marne, composé de collectivités territoriales volontaires pour mettre en synergie leurs connaissances et trouver des solutions conjointement. Premier outil créé : une analyse du régime juridique des eaux de sources, par le Département du Val-de-Marne et la Communauté d’agglomération de la Vallée de la Marne, à partir de la compilation de textes de lois et de jurisprudence (analyses juridiques en téléchargement ci-dessous).

Le groupe de travail s’est attelé en 2015 à un défi de taille : réunir toutes les connaissances et tous les documents disponibles qui pourront permettre d’aboutir à une cartographie des sources sur le Val-de-Marne. Les communes et intercommunalités volontaires essaient donc de trouver les archives, cartes historiques, cartes postales, témoignages de riverains, et autres informations, pour comprendre où se trouvent les sources sur leur territoire. Le Département du Val-de-Marne synthétisera ensuite cette information à travers une cartographie.

Si vous avez connaissance d’une source près de chez vous, n’hésitez pas à contribuer aux travaux du Plan bleu en le mentionnant par mail à : dsea-speau@valdemarne.fr. Car c’est en sachant où elles sont qu’il sera ensuite possible d’utiliser les sources en tant qu’atout pour nos villes et non plus une nuisance.