Conseil départemental

Les mares en forêt

mis à jour le 13/04/2016

Dans le Val-de-Marne, 62% des mares sont situées à l’Est du département au cœur des massifs forestiers publics ou privés de l’Arc Boisé. Au sein de cet écosystème forestier, les mares ont un intérêt écologique majeur.


Mare de forêt (photo G. D'Hier, SNPN)

Un enjeu écologique important

A l'échelle régionale, près de la moitié des mares répertoriées sont situées en forêt. En Val-de-Marne, elles sont plus de 60%. En revanche, la pression urbaine, liée à l'habitat et au transport notamment, risque à court terme de réduire et de morceler ces massifs forestiers. La conservation des mares passe aujourd'hui par la préservation des espaces qui les accueillent.

Parmi les réseaux de mares identifiés par la SNPN dans le Val-de-Marne,  neuf se trouvent dans des zones faiblement urbanisées, ou dans des contextes agricole ou forestier.

La place accordée aux mares dans la gestion forestière est également primordiale. Si l'on compare les mares situées en ville, soumises aux pollutions et à la densification urbaine, aux mares forestières, ces dernières semblent relativement préservées. Pourtant elles sont aussi menacées de disparition : l’accumulation de matière organique, via les chutes de feuilles et de branches notamment, tend peu à peu à combler naturellement la mare. En disparaissant, elle emporte avec elle la biodiversité qu’elle abritait. C’est pourquoi une gestion adéquate est essentielle pour préserver ces milieux

La SNPN a identifié deux secteurs forestiers prioritaires dans le Val-de-Marne : la forêt domaniale de Notre-Dame et la forêt régionale du Plessis-Saint-Antoine. Ces deux sites présentent un véritable intérêt écologique et la mobilisation des acteurs crée une réelle dynamique sur le terrain. 

 

La Forêt domaniale de Notre-Dame

Située à la jonction du Val-de-Marne et de la Seine-et-Marne, cette forêt est gérée par l’Office National des Forêts (ONF), en convention avec le Département du Val-de-Marne pour la partie val-de-marnaise.

Elle comporte le plus vaste réseau de mares du département, avec plus de 400 mares recensées (mares de forêts, mares de cultures et mouillères). L’ONF vient de lancer une étude sur les mares en forêt domaniale de Notre-Dame, pour établir un Plan de gestion des mares, sorte de feuille de route qui permettra  de concilier gestion forestière et préservation de ces micro-zones humides.

 

La Forêt régionale du Plessis-Saint-Antoine

Située dans la commune du Plessis-Trévise, cette forêt est gérée par l’Agence des Espaces Verts de la Région Ile-de-France. Malgré la taille réduite du réseau qui se compose de 8 mares (dont 5 en forêt régionale), ce site présente un intérêt écologique majeur du fait de sa situation en zone urbaine et des espèces présentes sur le site, comme le potamot luisant ou encore la glycérie dentée (inventaire réalisé en 2001 par le Conservatoire Botanique National du Bassin Parisien).