Conseil départemental

Blessures, vous avez dit blessures ?

mis à jour le 17/10/2022
« Comment faire pour que mes athlètes ne se blessent pas ? ». Cette question possède un caractère récurrent pour tous ceux qui interviennent auprès de sportifs ou de sportives, quel que soit leur niveau. Elle prend une dimension toute particulière dans le sport de haut niveau, au regard des niveaux de sollicitation et des objectifs de performance. La blessure n’est pas une question anodine, elle fait partie de la condition du sportif et fait l’objet de politiques tant sa maitrise devient un enjeu majeur de la performance.

Cette thématique est associée à de nombreux travaux scientifiques, à la mise en place de programmes de prévention des blessures et à publications régulières. À ce titre, nous pouvons citer la rédaction de l’ouvrage « La puissance insoupçonnée du gainage » du Dr Bernadette de Gasquet et de Teddy Riner qui apporte un regard très singulier sur la prévention des blessures par le travail de gainage.

Les enjeux sportifs, politiques voire financiers viennent cependant ajouter des contraintes supplémentaires à la charge de travail des athlètes. La programmation de la prochaine coupe du monde de football en est la parfaite illustration. Placée en plein milieu de la saison footballistique, son organisation a mis à mal les habitudes de planification d’entraînement et a eu pour conséquence l’instauration d’un rythme compétitif très élevé pour certains joueurs de l’élite. On peut légitimement se questionner sur le rapport entre le nombre de blessés constatés lors du dernier rassemblement de l’équipe de France de football et cette « cadence infernale ». Cet exemple en est un parmi tant d’autres…

Des objectifs qui dépassent le cadre purement sportif, viennent ainsi insidieusement s’immiscer dans l’élaboration des charges de travail. Ceci constitue un défi de plus pour nos athlètes et tous les acteurs de la performance afin de préserver des corps sollicités de manière très significative. S’il s’avère que “Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre ” comme le disait Pierre de Coubertin, la configuration actuelle de certains sports colore ces mots d’une nouvelle intensité.


Bonne lecture.


Thierry PINJON