Conseil départemental

Une pratique physique de plus en plus orientée vers la santé et autonomie…

mis à jour le 19/05/2021

Dans son recueil « les chiffres clés du sport 2020 » concernant la pratique sportive en France, L’INJEP (Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire) relève que le premier motif de pratique pour les personnes de 15 ans et plus est la santé.

Le bien-être, la santé, le fait de sculpter son corps et « garder la ligne » constituent les mobiles de pratique sportive les plus courants dans la société contemporaine, où le corps revêt une fonction importante d’intégration sociale.

Qu’elle permette d’offrir à autrui une image soignée de soi ou tout simplement d’être à l’écoute de soi-même, et de découvrir sa propre identité, l’importance attachée au corps explique les efforts croissants des jeunes pratiquant·e·s  pour le façonner en fonction des normes sociales et pour le maintenir en bon état à travers une pratique sportive régulière.

Le contexte sanitaire actuel a abouti à une réelle prise de conscience collective de la nécessité de « bouger », de pratiquer une activité physique sportive ou non, afin de rester en bonne santé. Une première conséquence est une augmentation des pratiques dans des structures près de chez soi ou au sein même de son domicile. De plus, la tendance actuelle à pratiquer de plus en plus souvent de manière autonome s’est également accentuée, renforcée par les différents épisodes de confinements et de restrictions.

Cette orientation de l’autonomie de la pratique soulève la question de la véracité des supports utilisés comme référence. Toute personne peut en premier lieu s’appuyer sur les compétences et connaissances acquises lors de sa scolarité en cours d’Education physique et sportive, au sein des associations sportives, de conseils d’une tierce personne avisée et ce tout au long de son cheminement personnel. Cependant, les réseaux sociaux peuvent fournir également une multitude de supports (vidéo, tutoriel, …). Certains proposent des programmes ou des conseils issus de références reconnues, mais d’autres proposent des contenus dont la validité peut parfois s’avérer discutable. Il appartient donc à chacun de rester vigilant sur ce fait et aux acteurs de l’EPS et du monde sportif de valoriser l’acquisition de connaissance et la construction de compétence permettant une pratique physique lucide et bénéfique.

Ces pratiques autonomes peuvent par ailleurs se dérouler en extérieur, notamment à l’arrivée des beaux jours, avec l’utilisation d’infrastructures sécurisées (street work out, parcours de santé, …) ou du matériel urbain déjà existant, dans les parcs par exemple.

Ces aménagements sont nombreux dans le département du Val-de-Marne et leur nombre est en constante augmentation. Ils permettent l’accessibilité aux personnes du milieu urbain à d’autres types d’activités, dans des conditions sécuritaires.

Bonne lecture.

Thierry PINJON

En savoir plus sur les parcs & espaces naturels du val-de-marne.