Conseil départemental

Poursuivons nos efforts !!!

mis à jour le 22/02/2021

La période actuelle est caractérisée par des restrictions sanitaires impactant de manière significative les possibilités de pratiquer des activités physiques et sportives au sein des clubs, diminuant notamment le niveau d’activité physique d’un grand nombre d’individus de tout âge.

L’ONAPS (Observatoire National de l’Activité Physique et de la Sédentarité ) a d’ailleurs récemment publié un état des lieux de l'activité physique (AP) et de la Sédentarité des enfants et des adolescent·e·s français·e·s (Report Card 2020 : activité physique et sédentarité de l'enfant) qui révèle les effets néfastes du premier confinement de 2020 en matière d’AP et des comportements sédentaires. Les résultats de cette étude indiquent que 58% des enfants et des adolescent·e·s ont diminué de « manière drastique leur niveau d’AP et ont augmenté leur temps de sédentarité », les éloignant un peu plus des recommandations de l’OMS. On peut légitimement penser que le contexte actuel a un impact similaire.

La question de la baisse du niveau d’AP des enfants a d’ailleurs fait l’objet d’une récente tribune dans le Journal Du dimanche. Le collectif Pour une France en forme y soulignait la nécessité pour tous d’une pratique d'une activité physique régulière pendant la pandémie, en respectant les gestes barrières afin d'empêcher tout risque de contamination du virus.
A ce titre, la campagne "trente minutes d'APS (Activités Physiques et Sportives) quotidiennes à l'école primaire" a été mise en place en soulignant que « Bouger est aussi essentiel que savoir lire, écrire et compter ». Au-delà de mettre les corps en mouvement, cette initiative aurait pu être une occasion supplémentaire de participer à la construction d’habitudes durables de pratique dans une optique d’éducation à la santé.

Affectant les personnes de tout âge et de divers profils, l’impact de la crise sanitaire actuelle sur le niveau d’AP de la population française devient une problématique de santé publique et nécessite plus que jamais une mobilisation et complémentarité des différentes actrices et acteurs (sport fédéral, sport scolaire, Education Physique et Sportive, activité physique adaptée…) pour permettre à tous de rester en bonne santé !

Bonne lecture.

Thierry PINJON