Conseil départemental
×

⚠ Déconfinement : reprise d’activité progressive

Le Département du Val-de-Marne prend les mesures nécessaires pour assurer la réouverture progressive de ses services publics. Il souhaite garantir avant tout la sécurité du public et du personnel. Tenez-vous informés dans l'article régulièrement mis à jour.

Pensez à appeler le 39.94 avant tout déplacement dans les équipements départementaux.

Stratégies pour réduire l'asthme lors de la pratique sportive

mis à jour le 14/04/2016

Sur le plan pharmacologique, il appartient au domaine médical de diagnostiquer et de proposer un traitement pour les athlètes concernés. Il est nécessaire d'avoir un bon suivi médical pour le sportif et d'avoir une connaissance régulière de son état et de son traitement pour l'entraîneur ou le préparateur physique, cela afin de pouvoir proposer les meilleures conditions de pratique. En cas d'asthme à l'effort, la prévention de l'asthme induit par l’exercice se fera notamment avec des médicaments comme les β2mimétiques de courte ou longue durée d'action pris par inhalation quelques minutes avant l'effort. Pour autant, il est également possible d’agir sur le terrain afin de minimiser les effets de l’asthme lors de la pratique sportive.

Agir sur les conditions  environnementales

 

En piscine

  • être attentif à la qualité de l'eau et de l'air (une attention toute particulière des prestataires de service concernant les procédures de traitement de l'eau serait souhaitée).
  • Préférer une pratique dans un bassin traité à l'ozone, qui ne présente pas de risque d'hyperréactivité bronchique.
  • Procéder à une bonne ventilation des locaux quand cela est possible. Pour information, des données expérimentales effectuées en Espagne suggèrent cependant  que lorsque la concentration de trichlorure d'azote (NCL 3 ) est maintenue au-dessous de 0.3 mg/m 3, aucun changement à court terme de la fonction de poumon ou des voies aériennes  concernant  la perméabilité épithéliale  n'est observé chez des nageurs. Une bonne qualité de l'air et de l'eau a donc des effets positifs sur la réduction des risques.

 

Pour l'air froid : stratégie en augmentant la température et de le taux d'humidité de l'air inhalé

  • Favoriser la respiration nasale (permet de plus réchauffer l'air et d'en diminuer la sécheresse) mais non applicable lorsque l'intensité est élevée (supérieure à 35 litres/ min)
  • Porter un masque de protection durant l'effort, qui protège considérablement contre l'apparition de BIE lors de la pratique dans un environnement froid (utilisable à l'entraînement mais beaucoup plus contraignant lors des compétitions où la fréquence ventilatoire reste durablement élevée). A défaut de masque, le port d'un foulard ou autre linge perméable devant la bouche peut également être bénéfique.

 

La pollution

Pratiquer dans un environnement qui présente le moins de polluants possibles (choix des routes, des journées en fonction de la qualité de l'air, en matinée, dans les parcs...). Les athlètes ayant connaissance des allergies ou de leur mode d'hypersensibilité devraient d'autant plus éviter de s'entrainer dans un environnement où le niveau des allergènes en suspension est important.Le port du masque filtrant peut également être conseillé, dans la limite de l'inconfort relatif à l'intensité de l'effort.

 

 

Agir sur les paramètres de l'entrainement

 

Il existe un test permettant de mettre en relation l’intensité de l’effort et l’apparition de la réaction bronchique. Il s’agit ainsi d’effectuer un effort de 6 minutes en laboratoire à environ 80% du VO2max. A la suite de cet effort, on mesure le débit expiratoire du sportif.

 

L'échauffement fractionné de Claire de Bisschop

Dans le cadre d'une thèse, Claire de Bisschop a mis au point un échauffement fractionné permettant de passer au travers de la crise.
Il consiste en la répétition de 2 séries de 5 courses réalisées à 120% de la vitesse du test de 6 minutes, avec une récupération de 1min30 plutôt active, et une récupération passive inter-séries de 5 min. Chacun des 10 parcours correspond  à 7.5% de la distance parcourue lors du test de 6 minutes (l'auteur relève, sur une population de 37 enfants testés, des distances moyennes de 77.5m pour les 8-9 ans, 79.5m pour les 9-10 ans, 80m pour les 11-12 ans, 88.9m pour les 13-14 ans et 85m pour les 15 ans).
Une variable proposée consiste également à faire 2(5x24sec) à 130%  ou 2(5x31sec) à 100 % de la vitesse du test de provocation (80% du VO2max).
D'autres études ont montré que 7x30sec à 120-130% de la vitesse du test avec une récupération de 2 min 30 pouvaient également être protecteur.

 

Les échauffements continus

Il existe un consensus scientifique sur la protection apportée par une course continue de 15 minutes à allure modérée (50 à 60% de la fréquence cardiaque maximale).

Il faut savoir qu'après le premier exercice pratiqué, l'athlète bénéficie d'une période réfractaire protectrice  s'étendant de 2 à 4 heures. Les entraineurs et préparateurs physiques doivent tenir compte de cette éventualité.

 

Les exercices de développement de la VO2max ou de maintien de la condition physique

L'augmentation de la VO2max peut faire reculer le seuil d'apparition des BIE (bronchospasmes induits par l’exercice) ou AIE (asthme induit par l’exercice). Il faut cependant noter que chez l'enfant ou l'adolescent asthmatique, le seuil anaérobie est abaissé (donc apparition plus précoce des lactates), ce qui renforce l'hyperventilation.

Chez les sujets asthmatiques, il a été constaté une augmentation de la VO2max par  le suivi d'un programme consistant à un travail de  60 minutes minimum par semaine, en 2 ou 3 séances, au seuil ventilatoire personnalisé (correspondant à une allure proche du seuil aérobie) sur une période de 3 mois.

L. Rasseneur a proposé d'utiliser le principe du fractionné (exercices en créneaux)  pour le réentrainement des jeunes asthmatiques, et a conclu à des bénéfices cardio-circulatoires  pour un entrainement de 45 minutes composé de 9 répétitions de 4 minutes au seuil ventilatoire 1 ( à 50% de PMA tolérée lors d'un test, nommé seuil ventilatoire 1) + 1 minute au seuil ventilatoire 2 (100% de PMA tolérée, seuil ventilatoire 2) soit 9x(4minSV1+1minSV2).

L'augmentation de la VO2max peut donc se faire via les entrainements fractionnés, qui déclenchent moins de réponses inflammatoires et permettent une réelle qualité de travail.

L'entrainement a de plus des effets positifs sur le schéma respiratoire en augmentant le volume courant avec une diminution de la fréquence respiratoire pour un même niveau d'effort.

 

 

Conclusion

En tant qu'éducateur sportif, professeur d'EPS ou préparateur physique, nos possibilités d'intervention se bornent donc à limiter les effets négatifs de l'environnement, à s'assurer d'une bonne coordination entre le traitement personnalisé et l'adaptation si nécessaire de l'entrainement (exercices fractionnés, continu de faible intensité...). La médication préventive et suivie  permettra, quant à elle, une pratique performative.

 

Thierry PINJON, Professeur EPS

 

Références

  • Sport, santé, Préparation Physique – Lettre n°105 Janvier 2013 Rachid Ziane
  • Two distinct phenotypes of asthma in elite athletes identified by latent class analysis. 2015 Nov;52(9):897-904. doi: 10.3109/02770903.2015.1067321. Epub 2015 Sep 17.
  • Couto M,Stang J, Stensrud T, Severo M, Movinckel , Silva D, DelgadoL, Moreira A, Carlsen Kh.
  • Exercice and Asthma : an overview Stephano R Giacco, Davide Firinu, Leif Bjermer & Kai-Hakon Carlsen , European Clinical Respiratory Journal, 2015
  • Exercice Training in children with asthma: a systematic review, Vera HM Wanrooij, Maartje Willeboordse, Edward Dompeling,Kim DG Van de Kant, Br J Sport Med Published, 2012
  • Le programme d'entrainement personnalisé par l'exercice en créneaux (PEP'C)dans l'asthme post exercice, L Rasseneur,science et sport Vol 15 n°2, Mars-Avril 2000
  • Respiratory health of elite athletes-preventing airways injury:a critical review, P Kippelen &Al, Br J Sports Med 2012;46:471–476
  • l'asthme chez l'athlète, P Kippelen,F. Friemel, PH Godard, RevMal Resp., 2003
  • Thèse de Claire de Bisschop,L'asthme post-exercice chez l'enfant asthmatique : pratique et interêt des excercices fractionnés; faculté de Bordeaux, 1988
  • Asthma and the elite athlete: Summary of the International Olympic Committee’s Consensus Conference, Lausanne,Switzerland, January 22-24, 2008