Conseil départemental

Vivre en Val-de-Marne

Gros plan sur l'association Faune-Alfort

mis à jour le 22/04/2022
Le Département renouvelle son soutien à l'association Faune-Alfort, qui œuvre en faveur de la faune sauvage européenne : une nouvelle convention de mise à disposition de locaux vient d'être signée, pour une durée de 5 ans.

L'association Faune-Alfort recueille et soigne les animaux sauvages ; crédit photo : M. LumbrosoL'association Faune-Alfort recueille et soigne toutes sortes d'animaux sauvages ; crédit photo : M. LumbrosoL'association Faune-Alfort dispose de volières installées sur un terrain départemental à Mandres-les-Roses ; crédit photo : M. LumbrosoVisite des nouveaux enclos et des nouvelles installations extérieures à la pépinière départementale ; crédit photo : S. ConstanzoJeudi 21 avril 2022, signature de la convention entre le Département du Val-de-Marne et l'association Faune Alfort, à la pépinière départementale ; crédit photo : S. Constanzo

L'association Faune-Alfort a pour mission de recueillir et de soigner les animaux blessés, malades ou orphelins de la faune sauvage locale. L'association gère notamment le Centre Hospitalier Universitaire Vétérinaire – Faune Sauvage (CHUV-FS, ex CEDAF) qui est le plus grand centre de sauvegarde de la faune sauvage d'Île-de-France et le plus généraliste, mais elle propose également des actions de formation et d’information du grand public.

En 2021, l’association Faune-Alfort a accueilli 7 221 animaux, soit un millier de plus que l’année précédente.

En présence notamment de Jean-Pierre Barnaud, vice-président du Département en charge du patrimoine environnemental, de la biodiversité, de l’agriculture urbaine et du bien-être animal, Olivier Capitanio, président du Département, et le professeur Jean-François Courreau, président de l’association Faune Alfort, ont signé jeudi 21 avril 2022 une nouvelle convention de partenariat en faveur de la protection de la faune sauvage. Par le biais de cette nouvelle convention, le Département amplifie son partenariat avec l’association en lui mettant à disposition, au sein de la à la pépinière départementale située à Mandres-les-Roses, plus de 6 000 m² de terrains non cultivés (pour les enclos et les volières) et de nouveaux locaux, utiles au soin des animaux. 

"Réintégrer cette faune impactée par la présence humaine et blessée dans son milieu naturel est un enjeu majeur pour la biodiversité" a rappelé Olivier Capitanio.

Ce partenariat s’inscrit dans le cadre du schéma départemental des espaces naturels sensibles (ENS) en faveur de la protection de la biodiversité, qui prévoit notamment de développer et consolider des partenariats plus actifs autour des espaces naturels et de la biodiversité.

Les espaces naturels sensibles (ENS)

La création des espaces naturels sensibles (ENS) vise à préserver, reconquérir et…

A lire aussi