Conseil départemental

Vivre en Val-de-Marne

Objectif baignade : un nouveau chantier pour préserver la qualité de l’eau de la Seine

mis à jour le 15/01/2024
Dans une optique d'héritage des Jeux olympiques de Paris 2024, le Département réalise des travaux de séparation des réseaux d’assainissement entre Chevilly-Larue et l’Haÿ-les-Roses, pour rendre possible la baignade dans la Seine. Ce grand projet de 49 millions d’euros permettra d'améliorer la qualité des eaux rejetées dans la Seine.

Avec l'ambitieux plan baignade, le Département du Val-de-Marne vise la reconquête de la qualité de l’eau de la Seine mais également de la Marne, source d’amélioration de la qualité de vie des Val-de-Marnais.

Création d’un réseau d’eaux usées pour préserver la Seine

C'est dans ce cadre que, depuis l'été dernier, le Département a engagé d’importants travaux entre Chevilly-Larue et l’Haÿ-les-Roses, rues Paul- Hochart et Henri-Cretté. « L’objectif est de séparer les eaux usées et les eaux pluviales, par l’intermédiaire de deux réseaux distincts. Les cours d’eau du Département seront ainsi préservés » explique Olivier Capitanio, Président du Val-de-Marne.

Schéma de la séparation des eaux usées et des eaux pluviales

Pour séparer les eaux pluviales des eaux usées, le projet comporte la création d’un réseau en deux parties :  

  • la création d’un collecteur profond de transport d’eaux usées de 1,8 m de diamètre, 1,5 km de long et entre 11 et 15 m de profondeur
  • la création d’un réseau de surface de collecte d’eaux usées de 0,2 à 0,4 m de diamètre, raccordé au réseau profond.

Le collecteur existant sera transformé en réseau de collecte et de transport des eaux pluviales.

Les travaux s'échelonnent sur 2 ans :

  • Déviation des concessionnaires à partir de l’été 2023
  • Réalisation des puits du microtunnelier, de septembre 2023 à février 2024
  • Réalisation du collecteur profond, de décembre 2023 à juin 2024
  • Réalisation des regards profonds, de janvier 2024 à novembre 2024
  • Réalisation du réseau de surface, de mars 2024 à mai 2025

Projet de retour à la baignade grâce à Chantal, Patricia et Mélanie

Les trois marraines : Chantal Durand, Mélanie Nowak et Patricia Korchef-Lambert (©L-E Rocq Havard/CD94)
Ce chantier est rendu possible grâce au forage réalisé par trois micro-tunneliers : Chantal, Patricia et Mélanie. Les machines, destinées à forer le sol, ont été nommées ainsi pour faire honneur à leurs marraines : 

  • Chantal DURAND, Vice-présidente du Département du Val-de-Marne et membre du Conseil d’Administration de l’Agence de l’Eau Seine-Normandie,
  • Patricia KORCHEF-LAMBERT, Vice-présidente du Département du Val-de-Marne chargée des Sports et élue du canton de Thiais,
  • Mélanie NOWAK, Conseillère Départementale déléguée au Développement touristique et élue du canton de L’Haÿ-les-Roses.

Le baptême de ces trois micro-tunneliers a eu lieu le 10 janvier 2024.

La tradition veut que les tunneliers portent exclusivement des prénoms féminins en raison de Sainte-Barbe, patronne et protectrice des mineurs et des ouvriers qui travaillent en sous-sol. Invoquer Sainte-Barbe avant de creuser le tunnel protègerait des accidents. C'est la raison pour laquelle, depuis le XIXè siècle, on expose et place une statue à l’effigie de Sainte-Barbe à l’entrée du tunnel avant de creuser. Cette statue doit être bénie, tout comme les outils des mineurs et les mineurs eux-mêmes. 

C'est donc pour se placer sous la protection de Sainte-Barbe qu'un prénom de femme, celui de la marraine, est donné aux tunneliers.

Le saviez-vous ? En 2021, Chantal Durand avait déjà baptisé le premier micro-tunnelier utilisé sur le chantier de construction de la station de dépollution des eaux de pluie (SDEP) à Champigny-sur-Marne. Patricia Korchef-Lambert avait, quant à elle, donné son nom au quatrième et dernier micro-tunnelier utilisé sur le chantier de construction de la SDEP en 2022.

Les trois microtunneliers (©L-E Rocq Havard/CD94Baptême de trois micro-tunneliers (­crédit photo : A.Bonnemaison pour le CD94)Baptême de trois micro-tunneliers (­crédit photo : A.Bonnemaison pour le CD94)Baptême de trois micro-tunneliers (­crédit photo : A.Bonnemaison pour le CD94)Baptême de trois micro-tunneliers (­crédit photo : A.Bonnemaison pour le CD94)Baptême de trois micro-tunneliers (­crédit photo : A.Bonnemaison pour le CD94)Baptême de trois micro-tunneliers (­crédit photo : A.Bonnemaison pour le CD94)

 

Qu'est-ce qu'un micro-tunnelier ? Et comment ça marche ? 

Lourds de plusieurs dizaines de tonnes, les micro-tunneliers n'en sont pas moins des outils d'une grande précision dotés d'une technologie de pointe permettant des opérations de forage horizontal. La machine est constitué d'une roue de coupe montée à l’avant dotée de lames. C'est cette roue qui pénètre progressivement dans le sol tout en créant un espace pour la progression du tunnelier. 

    49 millions d’euros pour rendre possible la baignade dans la Seine

    Chantier d'assainissement à Fresnes pour séparer le réseau des eaux pluviales de celui des eaux usées (octobre 2023)
    La séparation distincte des réseaux d’assainissement permet de conduire les eaux usées vers les stations d’épuration, tandis que les eaux pluviales sont renvoyées vers les milieux naturels. La pollution des cours d’eau est ainsi limitée et la biodiversité aquatique préservée. Le redimensionnement du réseau d’eaux pluviales contribuera également à réduire les risques de débordements des réseaux d’assainissement lors de fortes pluies.

    Cette opération de grande envergure mobilise un investissement conséquent de 49 millions d’euros, cofinancés par le Département du Val-de-Marne et l’Agence Eau-Seine-Normandie (AESN). Un projet onéreux qui répond aux objectifs fixés par le Département : améliorer la qualité de l'eau en milieu naturel afin de permettre un retour à la baignade dans la Marne et la Seine à l'horizon 2024.

     

    Un service public de l’environnement et de l’assainissement

    Depuis la fin des années 1970, le Département s'est saisi de la richesse naturelle…

    Le transport des eaux usées et pluviales

    Le Département du Val-de-Marne assure le transport des eaux usées et pluviales…

    A lire aussi