Conseil départemental

Vivre en Val-de-Marne

Paris 2024 : le Val-de-Marne se met (déjà) à l'heure olympique !

mis à jour le 22/08/2022
Jusqu'à 2024, le Val-de-Marne vibrera au rythme du sport de haut niveau. L'objectif ? S'investir pleinement dans la dynamique des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 et rappeler l'attractivité de notre département.

Le Val-de-Marne, plus grand centre d’entraînement olympique et paralympique français
Créé par le comité d'organisation des jeux olympiques (COJO), le label "Terre de Jeux" a pour ambition d’encourager tous les territoires de France à s’engager dans l’aventure olympique et paralympique de Paris 2024.

Ainsi, en signant cette convention, le Département du Val-de-Marne entend prendre toute sa place dans cette dynamique sportive, touristique et festive. 

 

 

L’accueil de la flamme olympique est une chance pour le Val-de-Marne.

Relais de la flamme olympique dans le Val-de-Marne

« L’accueil de la flamme olympique est une chance pour le Val-de-Marne, 1er département français en nombre de Centres de Préparation aux Jeux, et territoire qui rend possible l’accueil des compétitions de nage en eau libre grâce à l’implication du Département, des EPT et des villes. Ce sera un moment fort, populaire et convivial, un évènement historique qui permettra aux sportifs, aux clubs, aux associations et aux habitants de vivre et de partager ensemble la ferveur des Jeux. » déclare Olivier Capitanio, président du Département du Val-de-Marne.

A l’occasion des Jeux de Paris 2024, le relais de la flamme se déroulera sur trois mois, à partir d’avril 2024 lors d’un grand relais qui passera donc notamment par le Val-de-Marne. 

Avant chaque Jeux Olympiques, la flamme est allumée grâce aux rayons du soleil lors d’une cérémonie qui se déroule dans le sanctuaire d’Olympie, en hommage aux Jeux de la Grèce antique. Pour Paris 2024, elle fera le voyage depuis la Grèce jusqu’en France par bateau, respectant ainsi le principe de durabilité qui guide Paris 2024 dans l’organisation des Jeux et notamment tout au long du relais de la flamme. Le parcours est en cours de définition avec l’Etat et sera dévoilé lors du 3e trimestre 2023.

 

Des sites sportifs exceptionnels pour les champions : les CPJ

Si le Val-de-Marne n’accueillera aucune épreuve sportive, il jouera néanmoins un rôle essentiel. Avec sa trentaine de Centres de Préparation aux Jeux (CPJ) déjà labellisés, il est le plus grand centre d’entraînement olympique et paralympique français. 

Les délégations étrangères du monde entier peuvent y faire des stages en amont des Jeux, mais aussi s’y entraîner pendant toute la durée de la compétition dans des disciplines allant de la natation au badminton, en passant par le judo, le saut d’obstacles, le handball, le rugby, le para canoë, la boccia, etc.

Parmi la trentaine de centres de préparation aux Jeux, on peut citer par exemple la base nautique de Champigny-sur-Marne (aviron, canoë-kayak), la Briqueterie à Vitry-sur-Seine (breakdance), le centre départemental de tir à l'arc à Chennevières ou encore le domaine de Grosbois (pentathlon, dressage, saut d'obstacles).

VIDÉO : Le Val-de-Marne, terre de sport, terre de champions

Les délégations étrangères viennent déjà s'entraîner dans le Val-de-Marne

Le saviez-vous ? La Corée du Sud, terre d'excellence en tir à l'arc, est la meilleure nation de la planète dans ce sport : depuis 1991, elle a remporté 30 médailles mondiales en individuel (dont 13 titres) et 15 par équipe (dont 12 titres). Depuis 1988, elle a remporté 14 médailles olympiques en individuel (dont 5 en or) et 7 médailles par équipe (dont 6 en or). 

Qu'une équipe aussi talentueuse et prestigieuse choisisse le Val-de-Marne pour s'entraîner est donc forcément bon signe ! En juin 2022, la délégation sud-coréenne est venue s'entraîner dans le centre de Chennevières-sur-Marne en vue de la Coupe du monde de tir à l'arc dont les finales ont eu lieu dans la cour du château de Vincennes. 

 

Une pluie de médailles pendant les Jeux de Tokyo... et un avant-goût de Paris 2024 ?

Les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, en 2021, avaient déjà un goût de succès pour le Val-de-Marne. Au total, 11 médaillés ont décroché 14 médailles et parmi ces champions, certains étaient sous contrat avec le Département comme Amandine Buchard, Luka Mkheidze, Dora Tchakounté ou Antoine Jesel. 

Amandine Buchard, Clarisse Agbegnenou et Luka Mkheidze, médaillés aux Jeux de Tokyo en 2021
Résultats des Jeux olympiques de Tokyo 2020 : 

  • Clarisse Agbégnénou : médaille d'or en judo (-63kg) + médaille d'or en équipe mixte
  • Amandine Buchard : médaille d'argent en judo (-52kg) + médaille d'or en équipe mixte
  • Romain Cannone : médaille d'or en épée, individuel homme (escrime)
  • Axel Clerget : médaille d'or en judo, en équipe mixte 
  • Donavan Grondin (en duo avec Benjamin Thomas) : médaille de bronze en cyclisme sur piste (course à l'américaine sur 50km en relai)
  • Rayan Helal (en équipe) : médaille de bronze en cyclisme sur piste (épreuve de vitesse)
  • Luka Mkheidze : médaille de bronze en judo (-60kg)
  • Sébastien Vigier (en équipe) : médaille de bronze en cyclisme sur piste (épreuve de vitesse)

 

Résultats des Jeux paralympiques de Tokyo 2020 : 

  • Nélia Barbosa (Red Star Club de Champigny) : médaille d'argent en para canoë kayak - 200m KL3
  • Antoine Jesel, Margot Boulet, Érika Sauzeau, Remy Taranto et Robin Lebarreau : médaille de bronze en para aviron (quatre barré mixte)
  • Marie Patouillet : médaille de bronze en para cyclisme sur piste (poursuite C5) + médaille de bronze en para cyclisme sur route (course C4-5)

 

Encourager, soutenir et recruter des athlètes de haut niveau

Depuis le milieu des années 80, le Département s’engage aux côtés de sportifs du Val-de-Marne pour leur permettre de combiner une pratique sportive de haut niveau et l’acquisition de compétences professionnelles, précieuses pour préparer leur reconversion par la suite. Ce dispositif se traduit par un contrat de travail et une convention d’insertion professionnelle (CIP) signée par le Département, l’athlète et sa fédération sportive.

Dès leur recrutement, les sportifs intègrent les services départementaux. Leur temps de travail est aménagé pour faciliter les entraînements et la participation aux compétitions. Depuis sa mise en place, près de 40 sportifs de haut niveau ont bénéficié de cet accompagnement.

Olivier Capitanio, président du Département, entouré des athlètes sous convention en 2022
En 2022, 9 athlètes de haut niveau ont signé ou renouvelé leur CIP avec la collectivité : 

  • Camille Serme, squash (US Créteil squash) - recrutée depuis le 1e juillet 2011
  • Antoine Jesel, para-aviron (Société d'encouragement du sport nautique de Nogent) - recruté depuis le 1e septembre 2017
  • Dora Tchakounte, haltérophilie (Vie au grand air Saint-Maur) - recrutée depuis le 1e février 2019
  • Tiavo Randrianisa, taekwondo (COSM Arcueil) - recrutée depuis le 1er mars 2019
  • Luka Mkheidze, judo (Sucy judo) - recruté depuis le 1er mars 2019
  • Coralie Haymé, judo (Judo club de Maisons-Alfort) - recrutée au 1er avril 2022 
  • Garance Rigaud, haltérophilie (Vie au grand air de Saint-Maur) - recrutée au 1er avril 2022 
  • Ethan Cormont, perche (AS amicale de Maisons-Alfort) - recruté au 1er avril 2022 
  • Léo Bories, pentathlon -Vie au grand air de Saint-Maur) - recruté au 1er avril 2022

Les athlètes de haut niveau en contrat avec le Département

En même temps qu’il mène politique pour encourager la pratique sportive pour tous,…

Portrait d'Antoine Jesel, champion de para-aviron

Rameur aux multiples médailles, Antoine Jesel a brillé aux Jeux paralympiques de…