Ces cigales qui financent l’économie sociale et solidaire

mis à jour le 20/12/2016

Les « CIGALES » sont des clubs ouverts aux particuliers qui souhaitent financer des projets à vocation sociale et solidaire. Tous les deux mois, une bourse aux projets est organisée en région Île-de-France pour favoriser les rencontres entre entrepreneurs et « cigaliers ».

Ils chantent en faveur de l’économie sociale en solidaire ! Les « CIGALES »  - Clubs d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’Epargne Solidaire – sont des clubs ouverts à tous les particuliers qui souhaitent investir dans des projets d’entreprises solidaires. Les CIGALES sont autonomes dans le choix des projets soutenus mais « ils doivent nécessairement être tournés vers l’homme, avec une approche sociale et respectueuse de l’environnement », explique Noémie Charrière, chargée de communication des CIGALES d’Île-de-France. Un club regroupe entre 5 et 20 personnes qui épargnent chacune entre 8 euros et 450 euros par mois sur un compte commun. « C’est un bon moyen de donner du sens à son épargne puisqu’il s’agit de contribuer à des projets solidaires qui nous tiennent à cœur », explique Joseph Loreau, responsable du club situé à Alfortville. Autre particularité : les CIGALES sont constitués pour une période de 5 ans. Passé ce délai, les épargnants « cigaliers » récupèrent leurs investissements - ou non – selon la réussite du projet. « En moyenne, un club finance un projet à hauteur de 2 000 ou 3 000 € mais plusieurs CIGALES peuvent se rassembler pour financer un même projet », précise Noémie Charrière. Le premier club CIGALES a vu le jour en 1983 à Paris. Aujourd’hui, ils sont 250 en France dont 30 en région Île-de-France.

Après avoir bénéficié d'un investissement de 5 500 euros pour son entreprise, Damien Houbron a rejoint la cigale d’Alfortville pour aider à son tour des porteurs de projets.
Après avoir bénéficié d'un investissement de 5 500 euros pour son entreprise, Damien Houbron a rejoint la "cigalfortville" pour aider à son tour des porteurs de projets.

Des bourses aux projets pour faciliter les rencontres entre porteurs de projets et cigaliers

En Île-de-France, 500 investissements ont déjà été réalisés par les CIGALES. Et pour faciliter les rencontres entre entrepreneurs et « cigaliers », une grande Bourse Aux Projets est organisée tous les deux mois. Les porteurs de projets disposent de 8 minutes pour se présenter, exposer leurs besoins et convaincre les représentants des clubs de leur attribuer des fonds. C’est précisément ce qu’a fait Damien Houbron, fondateur de DM Compost, société spécialisée dans le compostage en milieu urbain. « C’était impressionnant, la table était immense, j’avais l’impression d’être face à un jury », se souvient-il. Après avoir créé DM Compost en avril 2013, il décide de présenter son projet à l’occasion d’une Bourse Aux Projets. Quelques mois plus tard, trois CIGALES convaincus lui apportent la somme de 5 500 euros pour développer son activité. « Aujourd’hui, j’ai un associé et j’ai rejoint la CIGALES d’Alfortville pour aider à mon tour des porteurs de projets. C’est aussi un bon moyen de se constituer un réseau », explique-t-il. La prochaine Bourse Aux Projets aura lieu le mercredi 30 septembre 2015 à la « Cigalfortville », club composé de 13 membres et créé en janvier 2014. C’est le second à voir le jour en Val-de-Marne. « D’ailleurs, nous manquons de projets sur le territoire du Val-de-Marne », souffle Joseph Loreau. Avis aux amateurs donc.

 

Services et aides associés