Conseil départemental

Vivre en Val-de-Marne

Des drônes et robots pour entretenir les ponts du Département

mis à jour le 27/03/2019

Le Département expérimente le procédé de téléinspection sur plusieurs ponts du Val-de-Marne. Il s'agit de filmer les ouvrages avec une caméra fixée sur un bras télescopique ou sur un drône.

Du nouveau pour l'entretien des ponts du Département ! Le bureau d'études du Service Coordination, Exploitation et Sécurité routière - SCESR - expérimente des solutions innovantes pour l'entretien des ponts. Deux systèmes de téléinspection vont être expérimentés via le procédé Intelo et par drônes. La téléinspection consiste à filmer toutes les parties du pont avec une caméra pour prévenir et déceler les problèmes et défauts liés au bâti. Cette caméra peut être fixée sur un bras télescopique - procédé Intelo - ou portée par un drône. Pour mener à bien ces expérimentations, quatre ponts ont été choisis dans le Val-de-Marne : les ponts du Port à l'Anglais, de Bonneuil, de Créteil et du Petit Parc. Une fois les ouvrages filmés, des ingénieurs spécialisés étudieront ces vidéos pour émettre un rapport sur l’état des ponts. Si un problème est détecté, une inspection plus poussée sera effectuée pour comprendre l'origine du problème. 

Le dispositif Intelo permet d'inspecter les ponts sans qu'il soit nécessaire d'entraver la circulation. Une caméra fixée sur un bras amovible permet d'analyser les parties inférieures du pont.
Le dispositif Intelo permet d'inspecter les ponts sans qu'il soit nécessaire d'entraver la circulation. Une caméra fixée sur un bras amovible permet d'analyser les parties inférieures du pont.

5 000 à 10 000 euros économisés par inspection

Tous les 5 ans, le Département doit inspecter ses ponts pour être certain qu’ils ne présentent aucun danger pour les usagers. Ces inspections se font de deux manières : avec une nacelle suspendue et adossée au pont ou grâce à un échafaudage monté pour l’occasion. Dans les deux cas, c'est un opérateur qui doit faire l'inspection à l'œil nu. La téléinspection comporte plusieurs avantages en comparaison avec les techniques actuelles. En effet, l'emprise étant nulle sur la chaussée, il n'y a pas besoin de restreindre la circulation. D'autre part, la caméra est capable de détecter des fissures de seulement 6 mm, ce qui garantit une précision maximale lors de l'analyse du pont. Autre point fort : la téléinspection permettrait d'économiser 5 000 à 10 000 euros par inspection selon la taille de l'ouvrage.