Conseil départemental

Vivre en Val-de-Marne

Foyers, centres de PMI, crèches... Les professionnelles et professionnels de l'enfance mobilisés

mis à jour le 18/11/2020

Depuis le début de la crise sanitaire, les agentes et agents du Département sont sur le pont pour aider les enfants et leurs familles. Pendant le confinement et désormais pendant la reprise de l'activité, la mobilisation ne faiblit pas.

La protection de l’enfance constitue l’une des missions essentielles des Départements. Le Conseil départemental du Val-de-Marne en a fait l'une de ses priorités, comme en témoigne le budget annuel alloué à ces questions.

Il agit également en faveur de la santé de la mère et de l’enfant, à travers ses services de Protection maternelle et infantile (PMI) et s’engage dans le développement des modes d’accueil de la petite enfance, à travers l’agrément, la formation et le suivi des assistantes et assistants maternels, la gestion de 77 crèches départementales et le déploiement d’un plan visant à créer 500 places supplémentaires en crèches départementales.

Même si le confinement est terminé, le virus circule toujours et des règles sanitaires spécifiques sont mises en place pour que le personnel puisse continuer à exercer ses missions de service public dans des conditions optimales.

Le service public en action(s) 

 

Notre mission : évaluer la situation et orienter les enfants en danger


Fanny, collaboratrice à la CRIP (©Fanny Huguon)

Maillon essentiel du circuit de la protection de l'enfance, la CRIP est chargée du recueil, du traitement et de l'évaluation des informations préoccupantes relatives aux mineures et mineurs en danger. La crise sanitaire n'a pas changé les missions de cette Cellule de Recueil des Informations Préoccupantes.

Fanny Huguon, collaboratrice à la CRIP, explique son métier : "En raison du contexte sanitaire, il a fallu s’adapter très vite et revoir notre organisation au sein de la cellule. En télétravail, je traite les informations préoccupantes en temps réel qui me sont envoyées. Je continue d’assurer une permanence téléphonique quand je suis présente au service, pour répondre aux sollicitations extérieures (comme les EDS qui réalisent les évaluations en protection de l’enfance, ou les hôpitaux, etc…)."

"Même pendant le confinement, nous avons continué sans relâche à mettre en œuvre des placements en urgence pour les enfants en situation de grave danger. Nous sommes une équipe soudée, je suis fière de faire partie de ce service d’urgence, et d’assurer une mission prioritaire du Département."

Le saviez-vous ? La CRIP (Cellule de Recueil des Informations Préoccupantes) fait partie des dispositif d'évaluation, de prévention et accompagnement de l'enfance en danger. En 2018, 5 800 enfants ont été concernés par des informations préoccupantes dont 40% proviennent de l'Education nationale. 

Je suis fière d’assurer une mission prioritaire du Département

Notre mission : accompagner les enfants et leurs parents

Malgré la fermeture contrainte de plusieurs centres de protection maternelle et infantile (PMI) et de planification et d'éducation familiale (CPEF) pendant deux mois, 22 sont restés ouverts pour poursuivre certaines consultations notamment les vaccinations.


Valérie et Claudia, auxiliaires de puériculture (©Valérie Tanfin et Claudia Bouari)

Valérie Tanfin et Claudia Bouari sont toutes les deux auxiliaires de puériculture dans un centre de PMI du Val-de-Marne et étaient mobilisées dès le début de la crise.

Elles racontent : "Les premières semaines étaient compliquées. Il a fallu notamment annuler et reprogrammer beaucoup de consultations... On a progressivement pris notre rythme. Les familles étaient contentes de nous avoir au bout du fil : on ressentait l'angoisse au début de la conversation et à la fin, on sentait les parents davantage rassurés et ils nous remerciaient. Les familles très isolées étaient soulagées d'avoir quelqu'un à qui parler pendant cette période. Nous sommes là aussi pour accompagner et rassurer les familles."

Floriane Staffolani est médecin dans plusieurs centres de PMI et CPEF appartenant au Département.


Floriane, médecin de PMI et CPEF (©Floriane Staffolani)

Imprégnée par le sens du service public, cette agente est aussi une médecin engagée en tant que réserviste du service de santé des armées et de la réserve sanitaire : un engagement qui date des attentats de 2015. C’est donc sans surprise qu’elle a également souhaité se rendre encore plus utile pendant le confinement en se portant volontaire pour des astreintes pour les foyers départementaux. “On choisit aussi ce métier pour être là dans ces moments là...” dit-elle avec humilité. Cet engagement était complémentaire aux missions qu’elle exerce quotidiennement dans des conditions qui ont légèrement évolué.

"Depuis la fin du confinement, nos conditions de travail sont légèrement différentes, explique Floriane. Nous sommes limités à 6 consultations par demi-journée. Mais les plus gros changements, ce sont bien sûr les mesures sanitaires obligatoires : que ce soit les désinfections plus fréquentes et systématiques entre chaque consultation ou le port de protections individuelles"

 

Le saviez-vous ? Le Département du Val-de-Marne développe les téléconsultations médicales dans le cadre de ses missions de protection maternelle et infantile. Au vu des premiers retours positifs des membres de la profession et des familles, l’expérimentation se poursuit et s’étend progressivement sur tout le département (plus d'infos).

 

Si c'était à refaire, je le referais sans hésiter.

Notre mission : protéger les plus vulnérables dans les foyers d'urgence

DChaque année, 4 900 enfants sont confiés et suivis par l’aide sociale à l’enfance. Ils sont accueillis en urgence dans l’un des 7 foyers qu’il gère en propre, ou placés à plus long terme dans des structures agrées, foyers associatifs ou familles d’accueil. 

Pour assurer le bon fonctionnement de cette mission prioritaire malgré des conditions rendues difficiles par la circulation du virus, le Département s’est organisé pour poursuivre son activité en collaboration avec les services judiciaires et les associations.

Au plus fort de la crise, pendant le confinement, les foyers ont ainsi bénéficié d’un renforcement de leurs équipes afin de maintenir leur fonctionnement 7 jours sur 7 et 24h sur 24. Davantage d’éducateurs et éducatrices ont été mobilisés en journée, avec l’appui d’agentes et agents volontaires compétents venant d’autres directions du Département. Parmi eux, France-Lise et Marc-Olivier.


France-Lise, agente volontaire dans un foyer pendant le confinement (© France-Lise Occhiali)

France-Lise Occhiali, habituellement agente de service dans un collège, s'est ainsi portée volontaire pour assurer le nettoyage des locaux du foyer de Sucy-en-Brie : "Dans l'ensemble tout s'est bien passé, c'est un travail d'équipe. C'est une fierté pour moi d'avoir pu aider les enfants du foyer pendant cette pandémie. Si c'était à refaire, je le referais sans hésiter." 

Marc-Olivier Albertini, chargé de mission, s'est porté volontaire au foyer de Villiers-sur-Marne. "J'ai accepté d'être volontaire car il me semblait évident qu'on ne pouvait pas moins bien s'occuper de ces enfants durant cette période. Et aussi parce que je crois en la solidarité entre directions pour maintenir un service public de qualité. C'est une grande fierté d'avoir pu aider ces jeunes. Je suis impressionné par leur courage, face aux épreuves de la vie. Et je suis admiratif de l'engagement des équipes de ces foyers car cela demande une énergie et une capacité de distanciation importante."

Le saviez-vous ? La protection de l’enfance constitue en engagement majeur pour le Conseil départemental. C'est pourquoi le Département recherche et recrute tout au long de l’année des professionnelles et des professionnels qualifiés dans le secteur de la protection de l'enfance. L'action sociale, la petite enfance, la prévention de santé, l'éducation... Nombreux sont les domaines dans lesquels la collectivité recrute. En savoir plus.

 

Notre mission : accueillir les jeunes enfants dans les crèches départementales

Le Département a fait le choix de construire et de gérer ses propres crèches pour les familles val-de-marnaises. Plus de la moitié des crèches départementales françaises se trouvent en Val-de-Marne (77 crèches). Durant le confinement, trois crèches départementales sont restées ouvertes pour accueillir les enfants de personnels prioritaires. Néanmoins, la mobilisation des équipes est restée entière pour rester en contact, prendre des nouvelles et accompagner les familles. Nawel Hallaf-Isambert est directrice adjointe de la crèche départementale Roland-Garros à Villeneuve-Saint-Georges.


Nawel est directrice adjointe de la crèche départementale Roland-Garros à Villeneuve-Saint-Georges (©Nawel Hallaf-Isambert)

Elle témoigne : "Lors des premiers jours de confinement, nous avons échangé avec l’équipe pour confectionner à distance un "guide de survie à l'usage des parents confinés" proposant 25 activités. Nous leur avons envoyé par mail.

Début avril, nous leur avons transmis une vidéo dans laquelle nous nous mettions en scène, chez nous, et leur proposions de chanter des comptines ensemble. Elles ont aussi eu droit à un quiz qui consistait à reconnaître quel professionnel ou professionnelle se cachait derrière des photos d’enfants. Ce n’est pas évident car la fracture numérique existe mais nous avons eu en retour des envois de messages, photos et vidéos des enfants. Ça nous fait chaud au cœur de les voir grandir et de voir les familles s'investir pour passer du temps avec eux. En tout cas, tout le monde est unanime : les familles manquent aux professionnels et professionnelles... et vis-versa !"

Formation des professionnels de l'enfance

Le Département propose une offre de formation destinée aux futurs professionnels de...

Services et aides associés

A lire aussi