La Grande Collecte dans le Val-de-Marne : les mémoires de la Grande Guerre désormais accessibles en ligne !

mis à jour le 09/11/2018

A l’occasion du centième anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918, les Archives départementales du Val-de-Marne vous dévoilent une partie des documents numérisés dans le cadre de la Grande Collecte.

Chambre de repos en première ligne [1914-1918] Photographie. 4,5 x 6 cm (Collection privée)
Chambre de repos en première ligne [1914-1918] Photographie. 4,5 x 6 cm (Collection privée)

Lancée en fin d’année 2013, la Grande Collecte était une opération nationale organisée par les Archives de France et la Bibliothèque nationale de France : elle appelait tous les Français et Françaises à présenter ou à remettre leurs archives personnelles ou familiales aux institutions partenaires de l’événement.

Un projet de recueil de mémoires intimes

Dans le Val-de-Marne, 80 personnes ont déposé objets et documents provenant de leurs ascendants aux Archives départementales dans le cadre de la Grande Collecte. Des livrets militaires, des diplômes de la Médaille de Verdun, mais aussi des photographies de soldats au front ou dans les hôpitaux sans compter des carnets de guerre, des dessins, des cartes postales, des chansons ou encore des instruments de musique… Près de 2000 objets et documents ont ainsi été numérisés par les Archives départementales, offrant un panorama assez large des traces écrites laissées par les combattants de la Grande Guerre. À ces parcours de poilus s’ajoute la vie des civils à travers, par exemple, les archives d’une infirmière dans l’armée, celles d'une habitante d'Alfortville devenue marraine de guerre et le récit d’une femme travaillant en usine chez Citroën.

Ces archives et ces objets uniques montrent la réalité meurtrière de ce conflit tout en révélant des histoires familiales comme celles de Constantin Joseph Limpens : agent de liaison combattant dans les bois de l’Aisne du 27 mai au 8 juin 1918, il est fait prisonnier par les Allemands mais porté disparu par l’armée française qui envoie à sa famille un avis de « présumé mort » en même temps que sa croix de guerre. Sa petite fille, Mme Limpens, qui est venue déposer ses archives, raconte avec un sourire ému « Germaine, ma grand-mère, n’a jamais douté de son retour ». Prisonnier en Allemagne, il s’évada de plusieurs camps et réussit à rejoindre Laon. A bout de forces, il fut admis à l’hôpital le 1er novembre 1918. 50 ans plus tard, il écrira : « j’avais pourtant sauvé ma peau et les os car, montant sur la bascule avec mon barda, tout habillé, et mes deux cannes, l’aiguille marquait encore 42 kg ».

Des traces enrichissant l’histoire collective du territoire

Dessins du soldat Gaston Pau [Février-octobre 1915] Correspondance militaire. 13 x 9 cm 9,5 x 14 cm (Collection privée)
Dessins du soldat Gaston Pau [Février-octobre 1915] Correspondance militaire. 13 x 9 cm 9,5 x 14 cm (Collection privée)

Conservés avec soin, découverts par hasard lors d’un deuil ou d’un déménagement, ces « souvenirs » reflètent aussi la complexité des mouvements de population sur le territoire avec des participants val-de-marnais qui portent généralement un héritage culturel issu d’horizons géographiques variés. Les traces intimes de cette guerre, révélées par la Grande Collecte, sont désormais en partie accessibles sur le site des Archives. L’ensemble du corpus recueilli, progressivement mis en ligne d’ici la fin de l’année, permet d’inscrire l’histoire collective du Val-de-Marne dans des mémoires plurielles qu’il reste à explorer.

Conserver et faciliter l’accès à la mémoire : les Archives départementales

Les Archives constituent la mémoire de l’histoire du territoire départemental. Elles...

Services et aides associés