Le département participe à un exercice anti-crue francilien

Du 7 au 18 mars, le Département du Val-de-Marne participera à l’exercice anti-crue Sequana. Lancée par la Préfecture de Police, cette simulation vise à tester la capacité des acteurs publics à se coordonner dans une situation de crise.


Un QG de gestion de crise sera mis en place au sein du Département du Val-de-Marne.
Un QG de gestion de crise sera mis en place au sein du Département du Val-de-Marne.

Et si le Val-de-Marne était submergé ? 

Le territoire va connaître sa pire crue depuis 1910 ! Du 7 au 18 mars 2016, les équipes du Département - 18 directions départementales - se mobiliseront nuit et jour pour faire face à une montée des eaux fictive dans le cadre d'un exercice francilien. L’hypothèse retenue consiste à une montée des eaux d’environ 6 m, ce qui conduirait à l’absence d’électricité, d’eau potable et de chauffage dans de nombreux foyers. À l’échelle de la région, 830 000 personnes et 435 000 logements seraient directement exposés. La première semaine, les équipes du Département devront faire face à un débordement des cours d’eau entraînant des inondations sur tout le territoire francilien. La deuxième semaine, les équipes simuleront une situation de décrue avec retour à la normale.

Des exercices de terrain seront également organisés comme des opérations de sécurité civile ou de protection des installations sensibles. Parmi les sites qui accueilleront ces manœuvres : le Canal Saint Denis, le Bassin de la Villette (75), la zone humide à proximité du stade de France (93), le Port de Gennevilliers (92), le Parc départemental de la Plage bleue (94), le Port de Limay (78) et le camp de gendarmerie de Beynes. Situé au confluent de la Seine et de la Marne, le Val-de-Marne serait l’un des territoires les plus fortement exposés en cas de crue en région île-de-France. Raison pour laquelle il organise depuis 2007 des exercices « Crue Majeure » chaque année sur son territoire. 


Services et aides associés

A lire aussi