Conseil départemental

Vivre en Val-de-Marne

Le Département, terre d’accueil des athlètes de haut-niveau

Jusqu'au 27 juin, le centre de tir à l'arc de Chennevières-sur-Marne accueille les délégations du Mexique et des Etats-Unis, pour les préparer à la Coupe du monde et au tournoi de qualification olympique pour les Jeux de Tokyo cet été. Une répétition générale pour cet équipement retenu Centre de préparation aux Jeux de Paris 2024.


En Coupe du monde, pour atteindre les cibles situées à 70 mètres, on utilise deux types d’arcs : classique ou à poulies. Aux Jeux olympiques, seul l’arc classique est autorisé. © T. Borredon

Du 19 au 27 juin, la fine fleur mondiale du tir à l’arc s’affrontera au stade Charléty, à Paris, pour les qualifications aux Jeux olympiques de Tokyo, prévus cet été au Japon. Ce sera aussi l’occasion pour les concurrentes et concurrents en lice de disputer une première étape européenne de la Coupe du monde Hyundai de tir à l’arc, dont les éditions 2022 et 2023 se dérouleront également à Paris. Mais avant de se rencontrer dans la capitale, ces sportifs et sportives de haut niveau poseront leurs carquois dans notre département pour s’entraîner au tir sur cibles situées à 70 mètres dans l’espace extérieur du centre de Chennevières-sur-Marne. 

Parmi les 29 sites val-de-marnais retenus par le Comité d’organisation des jeux de Paris 2024 comme centres de préparation aux jeux (CPJ), le centre technique et sportif de tir à l'arc de Chennevières-sur-Marne sera ainsi le premier à faire ses preuves dans l’entraînement des athlètes étrangers. « Chaque équipe sera constituée de huit archers, quatre hommes et quatre femmes, et d’environ sept personnes pour l’encadrement technique, précise Philippe Béranger, président du Cogetarc, association qui gère le site de Chennevières créé en 2005, avec le soutien du Département. Du 9 au 17 juin, de 9 heures à 16 h 30, pendant leur période d’entraînement dans notre espace, nous allons créer pour eux une bulle sanitaire avec tout le confort possible, puisque seront installées, derrière le pas de tir, des tentes aménagées qui leur permettront de prendre leur repas de midi et de faire des pauses. »

Géré au quotidien par trois salariés, le centre de Chennevières accueille habituellement les licenciés des 24 clubs ou compagnies d’archers du département et environ 1 300 scolaires chaque année. « En hiver, on utilise essentiellement la salle pour la pratique du tir à 18 mètres, indique Élodie Montagne, gestionnaire des lieux et championne de France par équipe en 2019 à l’arc à poulies. Pour les enfants des écoles primaires, il s’agit de cycles de six séances d’une heure. Pour les collégiens et les lycéens, la pratique s’étale sur un trimestre avec des séances qui peuvent aller jusqu’à une heure et demi. » 

Apprentissage des règles de sécurité, autonomie, concentration… le tir à l’arc a du succès auprès des jeunes pratiquants qui apprécient aussi son caractère ludique. Pour Élodie Montagne, « le tir à l’arc se pratique dans une telle atmosphère de convivialité qu’il ressemble plus à un sport collectif qu’à un sport individuel ». 
 

Les centres de préparation aux Jeux (CPJ)

Dans le cadre des futurs Jeux olympiques et paralympiques 2024 qui auront lieu à Paris, 30...