Conseil départemental

Vivre en Val-de-Marne

Emploi et handicap : lumière sur... le handicap invisible

mis à jour le 02/12/2021

80 % des handicaps ne se voient pas. Différents types de handicaps invisibles sont identifiés : les maladies chroniques invalidantes, les troubles cognitifs (ou troubles DYS), les handicaps psychiques et les handicaps sensoriels.

Rendez-vous aux Rencontres pour l'autonomie le vendredi 19 novembre 2021 à la Maison du handball à Créteil.

Le Conseil départemental du Val-de-Marne est engagé depuis 2007 dans une politique volontaire et active en faveur des personnes en situation de handicap. Parmi tous les handicaps existants, 80% sont invisibles (maladies invalidantes, handicaps psychiques, déficiences auditives, déficiences intellectuelles).

Parce qu’ils ne se voient pas, ils sont très souvent source d’incompréhension chez les encadrants et les collègues de travail. Le handicap étant le premier motif de discrimination en France, il est nécessaire de bousculer les mentalités par le biais d’actions de communication et d’information. 

 

80 % des handicaps sont invisibles

Troubles dys 

Ces troubles affectent la lecture (dyslexie), le développement moteur et l’écriture (dyspraxie), les facultés de calcul (dyscalculie), le langage (dysphasie) et l’attention. Invisibles et méconnus, les handicaps cognitifs ne sont reconnus que depuis la loi du 11 février 2005. Ces "troubles dys" concernent 6 à 8 % de la population française. 

Ces troubles ont des incidences dans la vie professionnelle : les personnes atteintes d'un "trouble dys" ont besoin de plus de concentration, de temps et d’apprentissage.

 

    Les maladies chroniques invalidantes

    Reconnues par l’OMS (organisation mondiale de la santé) comme pathologies lourdes et longues dans le temps, elles engendrent une limitation fonctionnelle des activités, une dépendance aux médicaments et une nécessité d’accompagnement. Cela peut être le cas d'une hépatite, d'une sclérose en plaque, du diabète, du cancer, d'insuffisance rénale chronique... Les maladies invalidantes concernent 1 personne sur 5 en France.

    Sur son lieu de travail, la personne souffrant d'une maladie invalidante peut être confrontée à : 

    • un manque d’attention de la part des collègues face aux difficultés (douleurs, séquelles physiques, fatigue, effets secondaires des traitements).
    • l’incapacité de l’entourage à adopter le comportement adéquat face à cette forme de handicap, à cause de sa méconnaissance ou de sa dissmulation.

    Comment agir ?  

    • Ne pas isoler la personne dans cette situation : le maintien ou le retour à l’emploi sont souvent symboles de guérison.
    • Soutenir le collègue en reprise ou en convalescence, en faisant preuve d’écoute et d’attention.

     

    Le handicap psychique

    Le handicap psychique se traduit par un déficit relationnel, des difficultés de concentration, une grande variabilité dans l’utilisation des capacités.

    En général, il n’affecte pas les facultés intellectuelles, mais certains symptômes peuvent en limiter l’usage normal. Les personnes peuvent avoir des compétences pour certaines activités et des difficultés majeures pour d’autres. A titre d'exemple :  1% de la population souffre de schizophrénie ; 1 à 2,5% de la population souffrent de troubles bipolaires ; 1,8% souffre de dépression sévère.

    Sur son lieu de travail, la personne souffrant d'une maladie psychique peut être confrontée à : 

    • de l'incompréhension de la part de l’entourage face à certains comportements en lien avec sa maladie (réactions inadaptées au contexte, angoisses, gestes incontrôlés, etc.)
    • un manque d’attention des collègues et de sensibilisation sur ces questions médicales, entraînant souffrance et isolement.

    Comment agir ?

    • Faire preuve d’une attention particulière envers la personne en prenant le temps de l’écouter et en faisant preuve de patience.
    • Prêter attention à tout signe inhabituel afin de pouvoir l’aider en cas de besoin.

     

    Emploi et handicap

    RQTH et accompagnement professionnel

    Tout employeur d'au moins 20 salariés doit employer des personnes en situation de handicap dans une proportion de 6 % de l'effectif total. L'obligation d'emploi concerne tous les salariés du secteur privé ou public, quelle que soit la nature du contrat. 

    La RQTH (Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé) permet d’aider les personnes en situation de handicap à accéder au monde du travail ou à maintenir leur emploi. La demande de RQTH s’effectue en déposant un dossier complet à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) permet de :

    1. bénéficier du soutien du réseau de placement spécialisé Cap Emploi ;
    2. accéder à des stages de pré orientation ou de rééducation professionnelle ;
    3. accéder aux contrats de travail "aidés" ;
    4. bénéficier d’aides pour obtenir un aménagement du poste de travail adapté au handicap ;
    5. accéder à des formations professionnelles qualifiantes et adaptées au handicap. 

     

     

    Le Département sensibilise aussi ses agents 

    Le Conseil départemental du Val-de-Marne est impliqué pour intégrer et maintenir dans l’emploi son personnel en situation de handicap. Depuis la première déclaration de 2006, le taux d’emploi légal d’agents relevant de l’obligation d’emploi (telle que définie par la loi du 11 février 2005) a doublé : la collectivité est passée d’un taux de 5,1 % en 2006 à 10,42 % en 2019. 

    L'engagement du Département se traduit aussi par des actions de soutien et d’accompagnement psychologique : en 2019, plus de 100 postes ont été aménagés pour des agents départementaux, en fonction du handicap. Au Département, chaque agent présentant un handicap peut bénéficier d’un accompagnement spécifique et d’un suivi médical personnalisé et renforcé par le biais de la Mission Handicap et de la médecine préventive.

    Afin de sensibiliser le personnel sur le handicap, et plus particulièrement le handicap invisible, une initiative a été organisée en interne à destination du personnel départemental, à l'occasion de la semaine européenne de l'emploi des personnes handicapées (SEEPH) 2021.

     

    Le saviez-vous ?

    En 2019, le Département a atteint un taux d’emploi de personnes en situation de handicap de 10,42%. Les offres d'emploi au sein du Conseil départemental sont ouvertes aux personnes en situation de handicap. 

    Intégrer et maintenir dans l’emploi des personnes en situation de handicap

    Les personnes en situation de handicap peuvent bénéficier d'un accompagnement...

    Services et aides associés