Conseil départemental

Vivre en Val-de-Marne

Novembre, le mois de l'ESS : place à l'économie solidaire

En novembre, comme chaque année, c'est le mois de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS), autrement dit l'occasion de valoriser un développement social et économique respectueux de l’environnement et de l’individu. Une économie qui prend encore plus son sens en cette période troublée de crise sanitaire.

Le mois de l’Economie sociale et solidaire constitue une vitrine de l’ESS à travers notamment des manifestations de toute nature. En cette période de confinement, les évènements organisés en novembre 2020 par les structures de l'ESS sont suspendus. Cela n'empêche pas le Département, soutien de l'ESS depuis 15 ans, de valoriser les porteurs de projet de l'économie sociale et solidaire. 

Car dans tous les secteurs d'activité, les acteurs de l'économie sociale et solidaire redonnent du sens à l'économie, à notre consommation, à notre engagement, à notre façon de travailler ou d'entreprendre.

 

Les acteurs de l'ESS mobilisés depuis le début de la crise sanitaire

Réemploi solidaire, remobilisation logistique pour venir en aide aux plus fragiles, maintien et renforcement du lien social... par divers vecteurs, les acteurs de l'ESS se sont rendus utiles pendant le premier confinement. Lumière sur trois d'entre eux. 

La Mine a confectionné masques et visières

Dès le début de la crise, alors que les dotations en masques n'étaient pas encore arrivées, les bénévoles de l'association La Mine, qui se réunissent régulièrement pour des ateliers de couture et de tricot, ont uni leurs forces pour confectionner des masques en tissu. Dans le cadre des ateliers du numérique et du réemploi, l'association a également fabriqué des visières de protection à destination des personnels de l'APHP. En tout, 1000 masques et 1000 visières ont été produits et distribués gratuitement pendant le premier confinement. Pendant ce deuxième confinement, la Mine propose des défis "zéro déchet" et des formations en ligne aux personnes abonnées à leur page Facebook. Les bénévoles ont également tricoté des mitaines dans le cadre du défi de l'association HLWA (How Lucky We Are) destiné aux sans-abris, durement fragilisés par la crise sanitaire.

Grâce à ses différentes activités, La Mine sensibilise au respect de l’environnement et à la réduction des déchets mais elle favorise également le vivre ensemble, la mixité, l’insertion sociale et professionnelle.

Le coup de pouce du Département
Le Conseil départemental a choisi de soutenir la dynamique de La Mine dans son projet de tiers-lieu et de "mission citoyenne de service public", afin de contribuer à sa pérennité et à la sauvegarde des emplois en sortie de premier confinement, pour un montant de 28 000 euros sur 2020/2021.

 

L'AFEV a maintenu et renforcé le lien social  

L’Afev (Association de la Fondation Étudiante pour la Ville) mène quatre programmes d’actions qui contribuent à lutter contre les inégalités, en particulier éducatives, et à créer du lien social dans les quartiers du Val-de-Marne :

  • L’accompagnement individualisé d'un ou une étudiante bénévole auprès d’un ou une jeune (de 5 à 18 ans) rencontrant des difficultés dans son parcours ; 
  • L’accueil de jeunes en service civique ;
  • Les Kolocations A Projets Solidaires (KAPS) : une façon de conjuguer engagement solidaire et logement étudiant. Le principe est simple : à un logement en colocation correspond un projet solidaire dans le quartier où se trouve l’appartement (Fontenay-sous-Bois et Villejuif);
  • Les plateformes de l’engagement solidaire qui favorisent l’engagement solidaire et le lien entre l’université, les étudiantes et étudiants et le territoire.

Pendant le premier confinement, les colocataires solidaires du projet KAPS ont renforcé l’aide au voisinage (garde d’enfants...). Celles et ceux qui accompagnent habituellement les enfants dans l’aide aux devoirs, ont gardé le lien avec plus de 76 familles et enfants suivis par l’aide sociale. Pendant le deuxième confinement de ce mois de novembre 2020, les actions de l'AFEV continuent : le mentorat se poursuit à distance, les actions solidaires continuent dans le respect des gestes barrières, les volontaires en service civique poursuivent leurs missions. 

Le coup de pouce du Département

Le Département a engagé une politique volontariste de soutien à l’enseignement supérieur et à la recherche et s'est doté, en 2014, d’un schéma départemental de l’enseignement supérieur et de la recherche (SDESR).

Ce schéma, élaboré de manière partenariale, s’articule autour de deux grands objectifs :

  • maintenir et développer la recherche et l’enseignement supérieur sur le territoire 
  • contribuer à la réussite des étudiantes et étudiants, notamment à travers l'aide au logement avec le développement des « Koloc’s à Projet Solidaire » (KAPS).  

Dans ce cadre, le soutien à l’AFEV -15 000 € en 2019 - constitue l’une des composantes fortes de l’action départementale en soutien aux initiatives locales permettant de mobiliser les étudiantes et étudiants.

 

Livraison de courses bio par la Cour Cyclette 

Pour son « Petit Marché bio » qui se déroule habituellement dans les quartiers d’habitat social, la Cour Cyclette a proposé pendant le confinement des livraisons en vélo électrique au domicile des Alfortvillais et Alfortvillaises en situation d'isolement. Pour ce deuxième confinement, le dispositif se poursuit : la Cour Cyclette continue de proposer des paniers de produits de saison, bios et issus de circuits courts, à prix juste (celui permettant des produits accessibles à tous et toutes, tout en rémunérant correctement le producteur). Ces paniers sont à retirer à Alfortville le vendredi soir ou le samedi matin.

En outre, la Cour Cyclette propose actuellement aux commerces d'Alfortville une solution de cyclologistique (location de vélo) durant le confinement afin qu'ils maintiennent leur activité. 

Le coup de pouce du Département 
La Cour Cyclette est soutenue par le Département à plus d'un titre. L'association a par exemple été lauréat de l'appel à projets en faveur du climat en 2018 et a ainsi bénéficié d'un coup de pouce financier. Elle a également reçu une aide de 12 000 € dans le cadre de l'appel à projets ESS en 2019.

     

    Le Département soutient l'ESS

    Dans le Val-de-Marne, plus de 3 850 structures employeuses agissent dans le domaine de l'ESS et génèrent plus de 38 000 emplois.

    Tout financement public à destination d’une association employeuse est une aide à l’ESS, que ce soit dans le domaine du sport, de la culture, de la jeunesse... Le Conseil départemental du Val-de-Marne soutient ces activités à différents titres car elles relèvent de plusieurs de ses politiques publiques :

    Entre 2014 et 2019, la politique départementale de soutien à l’ESS a été mobilisée pour accompagner 12 ressourceries/recycleries dans leur création ou leur évolution pour un montant de 160 000 €, ce qui a permis la création de plus de 70 emplois et la consolidation de plus de 120 emplois existants. L'année 2020 est particulièrement marquée par un soutien exemplaire à travers des partenariats engagés sur 2 ans auprès de plusieurs structures, et qui tient compte des difficultés particulières rencontrées par les ressourceries à cause du confinement.

    Un fonds départemental de soutien pour faire face à la crise

    En plein confinement, l’ESS a su une nouvelle fois montrer son utilité et son agilité dans le Val-de-Marne. Aussi, compte tenu de la situation préoccupante de ces structures en manque de trésorerie pour fonctionner et pérenniser leurs emplois, le Département a mobilisé un Fonds de soutien à l’ESS qui a permis de venir en aide d'urgence à plusieurs structures comme :

    • La Rascasse/ Recyclerie La Pagaille (et les assos présentes sur place)
      L'association La Rascasse, qui gère la ressourcerie La Pagaille, a bénéficié d'une aide d'urgence de 10 000 €.
    • Association Au Fil de l’Eau
      Fortement touchée par la crise, l'association a bénéficié d'une aide départementale d'urgence de 12 000€ pour l'embauche d'un pilote pour les prochaines croisières. 
    • Théâtre El Duende et partenaires (la Cour Cyclette, Envie de lire et Ne rougissez pas)
      Le Département a apporté une aide d'urgence de 18 000 € à ces structures initiant un programme d’actions estival sur Ivry-sur-Seine.
    • Collectif Repérages
      Une aide d'urgence de 15 000 € a été apportée à l'association. 
    • La Ressourcerie du spectacle 
      Une aide d'urgence de 15 000 €.

    Le soutien à l'économie sociale et solidaire (ESS)

    Le Val-de-Marne accueille plus de 3850 structures employeuses et des milliers...

    Services et aides associés

    A lire aussi