Conseil départemental

Vivre en Val-de-Marne

×

⚠ Déconfinement : reprise d’activité progressive

Le Département du Val-de-Marne prend les mesures nécessaires pour assurer la réouverture progressive de ses services publics. Il souhaite garantir avant tout la sécurité du public et du personnel. Tenez-vous informés dans l'article régulièrement mis à jour.

Pensez à appeler le 39.94 avant tout déplacement dans les équipements départementaux.

Retour sur la conférence départementale de l’égalité femmes-hommes

mis à jour le 28/01/2019

Mercredi 29 mars se tenait la 3e édition de la conférence départementale de l’égalité femmes-hommes à Vitry-sur-Seine. La thématique de réflexion portait sur "l’espace public et les genres".

Professeure de géographie humaine, consultante en socio-ethnographie ou encore bénévoles… Toutes et tous étaient présents pour débattre sur les usages et l’appropriation de la ville à travers les âges. Cette conférence départementale de l’égalité visait à amener une réflexion autour d’un environnement qui nous est familier : la ville. L’enjeux était de mieux appréhender et comprendre les inégalités auxquelles font face les femmes mais également les personnes à mobilité réduite ou encore les enfants.

A travers différentes interventions et tables rondes, l'espace public a été analysé de près par les particpantes et les participants. Rendre cet espace plus inclusif : voila le souhait de nombreuses femmes. Depuis leur plus jeune âge, les filles et les garçons n'apprennent pas à utiliser cet espace de la même façon : Les filles sont encouragées à rester dans un espace restraint, proche et sécurisé, contairement aux garçons qui apprennent à occuper tout l'espace.

Les hommes occupent l’espace public de façon très large et plus librement que les femmes qui s’occupent dans l’espace public : elles poussent une poussette, elles portent des objets. Si elles ne s’occupent plus (par exemple lorsqu'elles flânent, s'assoient simplement sur un banc), cela remet en cause leur légitimité dans l’espace public car elles n'en remplissent plus les codes. Pour tenter de sortir de ces schémas mentaux, il faut essayer de rendre la ville plus inclusive en installant du mobilier urbain accueillant pour les femmes (rendre une zone plus mixte en mélangeant des activités diverses pour diminuer l’impression qu’un seul groupe peut profiter de l’espace).

 
L'organisation du mobilier urbain reste également un enjeu pour l'égalité femmes-hommes. Ces installations peuvent être synonymes de discrimination indirectes envers les femmes. Par exemple, les toilettes publiques sont majoritairement utilisées par des femmes et elles sont souvent détérioriées puis enlevées de l'espace public. Cet espace devient alors moins accueillant pour les femmes et moins hospitaliers. « Pour que les femmes puissent occuper les espaces publics, il faut qu’il y ait des infrastructures et des espaces plus accueillants. Elles se sentiront plus en sécurité. » Léa Le Souder – analyste pour l’ONG Womenability.Créteil.

A lire aussi