Conseil départemental

Vivre en Val-de-Marne

Street-art : le Val-de-Marne, un musée à ciel ouvert

En pleine crise sanitaire, à l'heure où les lieux et les évènements culturels peinent à s'organiser, une forme d'art reste accessible au plus grand nombre : le street-art. A Vitry-sur-Seine, Champigny ou encore Fontenay-sous-bois, l'art urbain se dévoile sur les murs.

Les habitantes et habitants s’investissent dans cette culture.

Ces grands noms du street-art ont marqué le paysage départemental de leur empreinte. Le temps d’une balade, les guides des associations Arts’Murs et Vitry’N Urbaine nous font découvrir les représentants de l’art de la fresque murale.

Champigny, place Lénine. "Il faut avoir des yeux partout. En haut, en bas, derrière... Cet art est parfois subtil", nous avertit d’emblée Sabine Meyer, présidente de l’association Art’Murs née en 2018 pour aider les street artistes.

On se prête au jeu et on se surprend à regarder la ville autrement.

Pendant deux heures, à vélo ou à pieds, elle accompagne notre cheminement à la rencontre de l’art urbain et de ses différentes techniques (peinture, graffiti au pochoir, pastel…). La diversité des styles fait qu’il y en a pour tous les goûts. Ici un oiseau déploie ses ailes au-dessus de la façade arrière du 66 studio. La gigantesque estampe qui combine fleurs et nuances de bleus et ocre capte notre regard instantanément. Là-bas, une figure nous interpelle par la technique du "drip painting" utilisée par Jackson Pollock : de grands traits font jaillir une infinité de tons, qui en se mêlant donnent corps à la danseuse.

Dans une déambulation teintée d’anecdotes insolites, les guides nous amènent avec humour et tendresse dans leur monde. Un monde façonné par l’histoire des villes et l’architecture.

On se prête au jeu et on se surprend à regarder la ville autrement. Tout comme Champigny, Choisy, Vitry et Fontenay-sous-Bois sont des lieux emblématiques de la scène du "street-art". Après avoir essaimé aux Etats-Unis dans les années 1960, les artistes l’on démocratisé en France vingt ans plus tard.

Longtemps associé à la pratique du tag et au vandalisme, l’art urbain peine encore à se débarrasser de cette image péjorative.

Un art de l’association

Vitry-sur-Seine est le terrain de jeu de l’association Vitry’N Urbaine, créée en 2013 pour légitimer l’art urbain.

"J’ai grandi avec le hip-hop, une autre influence underground. Nous avons commencé les balades à Vitry pour sortir la ville du fait divers, explique Jean-Philippe Trigla, président de l’association. Le street-art a été porté par deux grandes mouvances d’artistes. Il y a d’abord eu C215 qui avait pour ambition, avec un habitant, de transformer la ville en un musée à ciel ouvert. Puis BROK a apporté sa touche, un mélange entre art figuratif et tag. »

C215 avait pour ambition de transformer la ville en un musée à ciel ouvert.

Mais si les street artistes ont réussi à se faire un nom à l’international, ils demeurent méconnus du grand public en France. Originaire de Charenton, Brikx en est un exemple, avec ses mosaïques faites à partir de lego qui l’ont propulsé au rang d’artiste planétaire.


Les associations continuent donc à se mobiliser à leurs côtés. "C’est un paradoxe. Les artistes val-de-marnais souvent sollicités peinent pourtant à être reconnus. Nous avons voulu leur donner un coup de projecteur en leur passant des commandes. Nous nous associons avec la mairie de Champigny pour trouver des murs. A nous ensuite de fournir le matériel nécessaire", raconte avec entrain la fondatrice d’Art’Murs.

Elles prolongent aussi l’expérience du street-art hors des murs en organisant régulièrement des expositions dans les musées et en proposant des ateliers au public. A l’échelle locale, une véritable vie participative s’est créée autour de l’art urbain. Les habitantes et habitants s’investissent dans cette culture. Ils entretiennent les œuvres et vont à la rencontre des artistes qui redonnent une nouvelle vie aux murs de leurs villes.

Cet article est issu du numéro de janvier 2021 du magazine ValdeMarne

 

Phénomèn'Art reporté
En raison des mesures restrictives liées au covid-19, le festival Phénomèn'Art qui était prévu pour février 2021 est reporté pour la fin de l'année. Initié par Val-de-Marne Tourisme & Loisirs, ce festival promeut les plus belles oeuvres de street-art du territoire val-de-marnais avec des découvertes et balades pédagogiques.