mar
11
fev

Conférence de l'UPEDD : en réponse aux théories globales, solidarités locales

Ville :

Créteil

Horaires :

À partir de 19h30

Informations pratiques :

Accueil avec apéritif bio, artisanal et local à 19h.

Maison des Sciences et de l'Environnement
Campus centre - 61, avenue du Général de Gaulle
Créteil

En métro : ligne 8, arrêt Créteil-Université
En RER : ligne D, arrêt le Vert de Maisons

Réservation conseillée : UPEDD@valdemarne.fr ou 01 56 72 89 44

mis à jour le 24/01/2020

Le mardi 11 février, l'Université Populaire de l'Eau et du Développement Durable (UPEDD) vous invite à une conférence sur la théorie de l'effondrement et sur la transition écologique. Une conférence assurée par Catherine Larrère.

Les théories de l'effondrement ne sont pas tout à fait nouvelles. L'explosion d'un tel discours sur la scène publique, pourrait faire croire qu'aucun autre mouvement en défense de l'écologie n'aurait posé un tel constat. Si les théories de l'effondrement viennent souligner le dépassement des limites atteints, d'autres mouvements de transition écologique défendent le même constat tout en proposant des initiatives vers la résilience. Quels sont ces mouvements ? Sont-ils en contradiction avec les "collapsologues" ou sont-ils complémentaires ?

Catherine Larrère est professeure émérite de philosophie à l'Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne et étudie la question écologique du point de vue de la protection de la nature. Elle a notamment co-écrit - avec son mari Raphaël Larrère, ingénieur agronome et sociologue - Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l'environnement, aux éditions Flammarion (réed.2009) et Penser et agir avec la nature, aux éditions La Découverte (2015).

 

Écologie : faut-il avoir peur de l'effondrement ?

Les discours sur la fin de notre civilisation, la théorie de l'effondrement dite aussi "collapsologie", se sont invités sur nos écrans, nos journaux, et dans nos espaces de débats. Un discours qui suscite la peur, mais aussi le déni, un discours qui sonne réaliste, et pourtant difficile à accepter. Sur quels constats sont-elles fondées ? Certains courants lui opposent des critiques, en soulignant quelques manquements face aux défis environnementaux et sociaux. D'autres soulignent le manque de nouveauté de cette posture. Mais certains partisans de la théorie travaillent déjà à la résilience en vue du post-effondrement. L'UPEDD propose d'interroger ces trois regards portés sur la théorie effondriste.